AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 OS OS que des OS ><

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: OS OS que des OS ><   Sam 14 Sep - 20:45

Auteur: Shinnie
Rating: G
Genre: Romance
Couple: DongBum
Disclamer: Personne ne m'appartient mais peut-être s'appartiennent-ils à eux-mêmes
Notes de l'auteur: C'est un couple que je ne connaissais pas mais que j'ai appris à connaitre, à cause d'une gentille petite abeille.

LE COEUR D'UN GRAND RÊVEUR



La pluie tombe doucement, l’orage se fait entendre encore et encore mais je n’y prête pas attention. La nuit a pris la place du jour, moi je suis allongé sur un lit qui n’est pas le mien. Je n’y viens pas tout le temps, mais ce soir tu n’es pas là. Je me laisse doucement aller, laissant les larmes s’échappaient. Je ne pleure jamais le jour, non pour que je puisse me laisser submerger par mes sentiments j’attends que mon monde s’assombrisse. On se connait depuis un moment maintenant. Je me rappelle qu’au début, je ne pouvais te supporter, toi et tes blagues qui ne me faisiez jamais rire. Tu étais un vrai gamin à l’époque, tu l’es encore aujourd’hui mais tu as grandis. J’ai toujours su comment veiller sur toi, toujours su quoi faire pour t’éviter de souffrir, je m’étais attribuer ce rôle. Je te maternais et toi bien sûr tu détestais ça, encore aujourd’hui tu râle quand je le fais. Mais que puis-je faire d’autre, c’est la seule façon que j’ai trouvé pour rester proche de toi. Un jour, tu partiras loin ou bien peut-être que ce sera moi, mais je pris chaque soir pour que ça n’arrive pas. La relation que l’on avait au début se rapprocher de ce qu’une mère entretenait avec son enfant. Mais je me suis attaché à toi, toi et tes mimiques d’enfants. Ton caractère, quand tu deviens capricieux, quand tu boude car finalement tu n’as pas eu ce que tu voulais. Tout ça a fait que je suis tombé amoureux, mais ces sentiments n’ont pas le droit d’exister, ils ne feront que t’éloigner de moi. J’ai tout essayé, mais je ne peux plus sortir de cette situation, je ne peux oublier ses sentiments, il ne reste qu’une chose à faire. Mais tu ne semble pas remarquer, tu ne vois pas mon malaise, tu ne te fie qu’à ma fausse bonne humeur.  Ce soir finalement, ma décision est prise, je dois disparaitre de ta vie avant de nous faire sombrer tous les deux. Alors je me relève et me dirige vers la porte. Cependant celle-ci s’ouvre avant que je ne l’atteigne, tu es rentré bien tôt ce soir. Tu me regarde et semble surpris, mais je ne veux pas rester dans la même pièce que toi, je ne veux pas que tu vois mes yeux rougis par mes pleurs. Je ne veux pas que tu vois la tristesse qui émane de moi. Alors je te pousse doucement pour te mettre hors de mon chemin, et part vers ma chambre. Il semblerait que tu n’étais pas de mon avis. Je sens ta main se refermer brutalement sur mon bras, tu tire et me force à me retourner avant de me ramener dans ta chambre, malheureusement je n’ai pas la force de résister. Tu me montre le lit, je m’y assoie, puis tu t’agenouille devant et me force à croiser tes yeux. De tes petites mains si douces, tu essuie lentement les larmes qui sont restées sur mon visage. Tu ne souris pas, en ce moment tu ne ressembles pas au garçon que je connaissais. Ton visage est bien trop sérieux, tes yeux trop adultes face à moi. Tu me prends dans tes bras, me souffle des paroles réconfortantes. Mais ce n’est pas à toi de me réconforter, c’est mon rôle à moi mais aujourd’hui on l’a inversé. Ton parfum me pénètre à ce moment tu le sais, je suis presque décollé de la réalité, et tu continu de parler mais je n’écoute presque plus. Je me suis simplement endormi là, pendant cette nuit sombre et pluvieuse, sur tes épaules. Mon sommeil n’était pas agité pour une fois, j’avais l’impression d’être dans un cocon de chaleur et d’amour. Mais ce n’était pas la réalité, ce n’était encore qu’un mensonge que je me suis créé, non ? Je ne pense pas m’être endormi longtemps, car à mon réveil il faisait toujours aussi sombre. Et à mon plus grand étonnement j’étais toujours dans tes bras. Tu prends la parole en constatant que je me suis réveillé. Tu avoues que tu avais compris depuis le début, que tu avais beau être un enfant à mes yeux, tu n’étais pas aveugle. Je me trompais en pensant que tu ne te rendais compte de rien, les larmes revinrent à cette constatation. Puis tu t’es éloigné, tu t’es avancé vers la fenêtre, mettant de la distance entre nous. Je savais ce que cela voulait dire, tu n’avais pas à parler. Je l’ai toujours su. Entre nous, ce ne seras jamais finalement que de l’amitié, je ne t’en veux pas. Et puis tu ne me rejette pas, tu me garde près de toi. C’est toi la mère maintenant, toi qui prends soin de moi. N’est-ce-pas ironique ? Je sais que je suis un grand rêveur mais j’espère qu’un jour que les sentiments que j’éprouve pour toi soient réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   Sam 14 Sep - 21:16

Auteur: Shinnie
Rating: G
Genre: Romance tristounet
Couple: JunSeung
Notes de l'auteur: Ah tellement de chose j'ai connu grâce à ce couple >< HyunSeung en petit martyre comme d'hab avec moi

THIRTY



30 Janvier
Mon premier jour dans ce nouveau lycée. Encore une fois, j’ai du changé d’école en cours d’année, toujours à cause du travail de mon père. Je déteste arriver dans une classe en ayant manqué la moitié du programme mais je m'y suis habitué. Après quatre changements, il le faut bien. Enfin, ce premier jour a été plus que catastrophique, et malheureusement ça ne faisait que commencer. Je ne suis pas quelqu’un de très bavard et d’excentrique, ce serait plutôt le contraire, j’ai toujours été calme et timide, trop calme parfois. Certaines personnes prenaient mon manque totale d’intérêt face à eux comme un manque de respect, ce qui m’a valu énormément de problème dans mes précédentes écoles, et celle-ci n’y échappe pas.
C’était l’heure du déjeuner, étant donné que je me trouvais seul, et que je n’avais aucunement envi de m’incruster quelque part, je suis donc resté dans notre salle de classe pour prendre mon déjeuner. En levant la tête et en constatant que j’étais le seul à rester, je me suis dis que ce n’était pas plus mal. Ainsi muni de mes écouteurs je me suis mis dans mon petit monde. Mais bien sûr c’était sans savoir que généralement à l’heure du déjeuner, cette classe était réservée aux garçons populaires de ce lycée. Mais je ne tardai pas à le savoir.
Je ne mettais même pas rendu compte de leur arrivé, mes écouteurs aux oreilles, la musique à fond, j’étais enfermé dans ma bulle. Les yeux fermaient, je ne pensais pas à manger. Cependant lorsqu’une main s’est renfermée brusquement sur mon bras, cette bulle éclata pendant que je levais les yeux vers lui. Surement leur chef à tous, étant donné que les autres restaient en retrait.
- T ’entends pas quand on te parle ?
- …
- N’essaie pas de jouer au plus malin avec moi, je déteste ça.
- Je … je vais partir.

Et sans attendre, je me suis dégager de son emprise avant de mettre mes affaires à la va-vite dans mon sac et de partir en courant. Je n’étais pas du genre à provoquer les autres, et quand je me retrouvais dans ce genre de situation, je préférais fuir.

30 Mars
2 mois, cela faisait seulement 2 mois que j’étais arrivé et je ressentais le besoin de partir loin d’ici. Après le premier jour, et ma rencontre avec eux, personne n’a plus osé me parler. Je ne compris que plus tard pourquoi tout le monde m’évitait, le petit groupe d’ami m’avait prit pour cible, je devais supporter leur blague, leur moquerie à longueur de journée et personne ne voulait qu’on s’en prenne à eux de la même façon. Mais je ne pouvais pas les en vouloir, vraiment j’aurai aimé être une autre personne, une qui sache se faire respecter. Malheureusement.
Cela faisait quelques semaines maintenant que je faisais tous pour les éviter bien sûr quand certains d’entre eux étaient dans la même classe cela se révélait être très difficile, surtout qu’il s’agissait du chef et de son meilleur ami.
Enfin, ce jour-là, je me préparais à rentrer chez moi, j’allais être en retard pour prendre mon bus. Je me suis donc mis à courir et en tournant à l’un angle du bâtiment, je me suis cogné à la personne en face de moi. J’aurai mieux fait de regarder devant moi pour une fois, ça m’aurait évité des ennuis avec lui étant donné qu’il s’agissait d’un de mes persécuteurs personnels. La peur commença alors à s'installer peu à peu.
- Hum…je suis désolé. Je…
- Ce n’est pas de ta faute, HyunSeung si je ne me trompe pas.
J’hoche alors la tête ne savant quoi répondre face à lui. Moi, c’est YoSeob.
- …
- Tu sais, je voudrais m’excuser pour ce qu’on te fait subir au lycée, personne ne sait pourquoi JunHyung veut autant te faire souffrir. Mais tu ne devrais pas avoir peur de moi.
Dit'il en me tendant la main.
J’aurai voulu lui répondre, que ce n’était pas grave, que j’avais l’habitude et que je ne leur en voulais pas de me faire subir leur plaisanterie. Je n’en n’eus cependant pas le temps. L’air commença à me manquer, mes yeux se troublèrent, mes jambes ne me tenaient plus. Je me suis laissé tomber sur le sol en essayant de calmer ma respiration.
Au bout de quelques minutes tout redevint comme avant, bien que des larmes perlés aux coins de mes yeux, et tout naturellement je me suis levé.
- Tu m’as fait une de ces peurs, tu va bien ?
- Ne t’en fais pas pour moi, ce genre de crise m’arrive souvent ça doit être à cause du stresse de ces deux derniers mois.
- Et nous, on ne t’aide pas vraiment. Je peux te raccompagner si tu le veux.
- Tu as surement mieux à faire.

Après avoir essayé de trouver toutes les excuses possibles, je dus me rendre compte qu’il n’allait pas laisser tomber. Et c’est comme cela que je me suis retrouvé sur le chemin du retour accompagné par ce jeune homme plein de vie, répondant au nom de YoSeob.

30 Mai

Les crises deviennent de plus en plus fréquente mais je n’ose pas en parler à mon père, il est bien trop préoccupé par ses affaires. Et puis cela n’a pas l’air si grave étant donné qu’elle ne dure pas longtemps. Je pourrai me rendre chez le médecin et faire des analyses mais j’en ai horreur, vaux mieux voir comment ça va se passer. Même si ce n’est surement pas la meilleure chose à faire.
Depuis ma discussion avec YoSeob, les persécutions de son groupe d’amis s’arrêtèrent, et je fus surpris qu’il m’accompagne tous les soirs jusqu’à mon bus. Il semblerait qu’il veuille apprendre à me connaitre. Il était d’ailleurs souvent présent lors de mes crises, il me disait d’en parler à quelqu’un. Je ne faisais que sourire dans ces moments là.
Après deux semaines, JunHyung finit par se joindre à nous, n’appréciant pas le fait que son meilleur ami le délaisse pour moi. Lorsqu’il était là, je ne parlais pas beaucoup et je faisais de mon mieux pour ne pas montrer mon malaise. Cependant derrière ces allures froides, il était quelqu’un de très gentil et protecteur. Après avoir assisté à une de mes crises, il était plus attentif, et j’avais moins de mal à lui parler. Il m’arrivait parfois de me retrouver seul avec lui. On s’amusait énormément ensemble, peut-être un peu trop et c’est cela qui a causé ma descente aux enfers. Ce 30 mai, je me suis rendu compte que j’étais bêtement tombé amoureux de cette personne qui m’avait tant fait souffrir à mon arrivé.

30 Juillet

Comment annoncer que l’on est éteint d’une maladie incurable ? Comment annoncer qu’il ne nous reste certainement que peu de temps à vivre ? Comment faire pour le dissimuler ? Je le sais, je le sens, je perds peu à peu mes forces. Pourquoi fallait-il que ça m’arrive alors que pour la première fois de ma vie, je me sens enfin heureux et entouré ? Comment faire pour le supporter quand on sait que l’on a rencontré l’amour de sa vie, mais qu’on ne lui avouera jamais car de toute manière il ne fera qu’en souffrir ? Je crie sur mon sort, je crie en pensant à lui mais rien ne sort, ma voix reste bloqué. Je ne peux que rester là, observer ce que la maladie fait à mon corps et l’accepter. Attendre que le moment vienne et que je m’éloigne, les yeux fermés dans ma bulle pour une dernière fois.
J’ai essayé de m’éloigner de lui, mais impossible. Les crises se sont aggravés, les inquiétant toujours plus chaque jour, mais je gardais le sourire en disant que ça passera comme toujours. Mais un jour l’une d’elle aura raison de moi, mais je ne peux vous le dire, je n’en ai pas la force. Je le sens arriver, ce jour fatidique.

Aujourd’hui, on sort entre amis, YoSeob, JunHyung et moi. On est allé se promener comme on ne l’a pas fait depuis bien longtemps. On s’est amusé comme jamais d’ailleurs. L’heure de rentrer est arrivé bien trop vite, et on a décidé de passer par un parc et de marcher au lieu de prendre le bus. YoSeob court dans tous les sens, pire que les gamins présents qui passe de jeu en jeu. JunHyung entre dans le jeu du gamin, moi, je les regarde en souriant ne pouvant les rejoindre dans leur course. Ils s’éloignent toujours plus, et moi je m’arrête. Mes pieds ne veulent plus bouger, ma vue se brouillent encore, et l’air se fait de nouveau rare. Je tombe, je ne pense même pas à mettre mes mains devant moi, je n’en ai plus la force. Et alors que j’attends de toucher le sol, c’est dans ses bras que je tombe. Je suis pris d’une forte toux, je ne peux m’arrêter, le sang recouvre le sol accompagnant mes larmes et celles de YoSeob qui appelle désespérément les secours. Mais ce sera trop tard quand ils arriveront, je serais déjà parti. Sa main à lui, chaude comparé à moi, serre la mienne, trop fort mais je ne sens plus la douleur. Il me parle, me dis que ça allait s’arranger, et je me suis peu à peu calmer, mais pas pour la raison qu’il aurait voulu. Au moins j’aurai eu la chance de le voir une dernière fois, même si j’aurai préféré ne pas les voir tous les deux en pleurs. La vie ne m’a pas laissé la chance de te le dire finalement, le seul à jamais au courant aura été notre meilleur ami.

JE T’AIME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   Sam 14 Sep - 21:20

Auteur: Shinnie
Rating: G
Genre: Romance
Couple: JunSeung
Notes de l'auteur: Ah tellement de chose j'ai connu grâce à ce couple >< HyunSeung en petit martyre encore. C'est un texte que j'ai écris pendant la période où JunHyung était en couple avec l'autre.

BECAUSE THE STARS NEVER STOP TO SHINE


La lune est différente ce soir, différente de toutes ces pleines lunes que j’ai pu voir depuis ma naissance. Elle éclaire mon cœur dans cette nuit sombre, elle me sourit. Je suis seul sur ce balcon, seul avec mes pensées. J’ai tout perdu, je n’ai plus de raison pour continuer mais je reste fort, je garde le sourire. Mais je m’enfonce, jour après jour je m’enfonce, tandis que toi tu souris dans ses bras. Tandis que toi tu lui tiens la main, je déverse ma tristesse. Tandis que tu lui parle, moi je crie. Les étoiles dansent au loin sur ce tapis sombre, elles brillent de milles feux, tentant d’illuminer mon chemin, une douce lumière qui se déverse sur mon cœur le soir, qui panse mes plaies. Dans ce conflit incessant cependant, ma tête ne suit plus mon cœur. Quand mon cœur pleure, je garde le sourire. Quand il est heureux, je laisse s’échapper quelques larmes. Si seulement tu pouvais tout arrêter, si tu pouvais détruire ce bruit parasite qui jour après jour noie la voix de mon cœur. J’aurais aimé que tu me sauve, mais tu ne vois rien, tu ne la voie qu’elle. Malgré ça, les étoiles continuerons de briller, elles le feront toujours. Tant qu’elles brilleront, mon amour pour toi brillera. Mais je ne baisserais pas les bras, je n’abandonnerai pas. Je saurais comment garder bonne figure. Car les étoiles continuent de briller.

L'amour ne commence ni ne finit comme nous le croyons. L'amour est une bataille, l'amour est une guerre, l'amour grandit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   Sam 14 Sep - 21:42

Auteur: Shinnie
Rating: G
Genre: Romance
Couple: JunSeung
Notes de l'auteur: Ah tellement de chose j'ai connu grâce à ce couple >< HyunSeung en petit martyre encore. C'est un texte que j'ai écris pendant la période où JunHyung était en couple avec l'autre.

UN SIMPLE MESSAGE


Un appel sans réponse, encore une fois. Mais ce soir, il avait fait quelque chose de nouveau. Il n’avait pas abandonné. Il n’avait pas raccroché pour se rendre dans sa chambre et brouiller du noir. Il n’avait plus cette peur tapis au fond de lui. Il ne craignait plus les représailles que pourraient engendrer cette confrontation. Le jeune homme y avait tellement réfléchi, se coupant du monde, abandonnant sa famille, ses amis, ne donnant plus une seule nouvelle. Il se rappelait bien ce qui l’avait poussé dans cette situation, et maintenant il avait envi d’en rire. Tout était faux en cet homme qu’il avait aimé. Tout. De ses mots à ses gestes, ses expressions, ses attentions. Penser à toutes ces personnes qui étaient passé dans ses bras depuis leur rencontre et qui continuent d’y passer, l’écœure mais ce n’était plus de la tristesse qu’il ressentait à présent. Mais de la pitié pour cet être qui avait osé lui marcher sur le cœur. Il se rappelait avec une précision déconcertante de toutes les disputes, après avoir perdu ce voile qui le rendait aveugle depuis si longtemps. Il s’était enfin rendu compte de toutes ces absences, de tous ces mensonges. Il en avait eu assez, il avait eu assez de toujours devoir rester honnête envers une personne qui se fout complètement de soi, c’était bien trop fatiguant à la longue. C’est lui qui avait décidé de partir sans un mot, il avait regretté son geste. Depuis il cherchait désespérément à contacter cette personne que malgré tout il aimait toujours. Sans jamais avoir le courage de ne serait-ce que lui laisser un message.

Et puis il l’avait vu, accompagner d’un imbécile dont il briserait le cœur comme pour lui, et là il s’était rendu compte que finalement il était bien mieux sans Eli. Tous ces souvenirs mensongers sont devenus une horreur, alors il avait décidé de tout effacer. Lorsque leur regard s’était encré l’un à l’autre, il avait compris que tout devait disparaître. Ce soir-là, il avait reçu un message de cette même personne. Lui accorder son pardon. Venir le voir. Lui dire qu’il l’aimait toujours. Pourquoi devrait-il dire tout cela à une personne qui l’avait autant brisé ? Devait-il croire en sa rédemption? Ne serait-ce pas là encore un autre de ses mensonges pour le faire tomber de nouveau dans ses filets? Ces « tu me manque », « je suis désolé », « j’ai commis une erreur », ne sont que des leurres pour l’attendrir. Mais ça ne marchera plus, il savait toute la vérité. Le dernier appel qu’il tenterait serait celui-ci, et après cette nuit-là, son premier amour sombrera dans l’oubli. Voilà ce qui avait changé en lui.

« Je n’ai aucun regret, je ne t’attendrai plus car tu ne changeras pas malgré toutes tes belles paroles. Oublie-moi car je n’hésiterais pas à en faire de même. Cesse d’être égoïste et grandi un peu. Même remonter le temps ne pourra rien arranger, tu n’es rien, bien que je verse des larmes ce soir, ce seront les dernières. Il est temps de ce dire au revoir. » Un simple message, un simple avis, un sentiment longtemps gardé pour soi enfin exprimé. Et juste après le silence, simplement brisé par ces bips mettant fin à toute une histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   Sam 14 Sep - 21:43

J'ai oublié de le dire mais si l'idée de commenter un texte vous prends, et bien n'hésiter pas.
Maman est ouverte à toutes critiques =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   Ven 24 Jan - 11:25

Auteur: Shinnie
Rating: G
Genre: Romance
Couple: NEO
Notes de l'auteur: Je me suis inspiré d'un gros coup de coeur au niveau d'une chanson. Je ne sais pas pourquoi c'est tombé sur ce couple, mais j'y pensé.

T'AVOIR À MES CÔTÉS


Les lumières s'éteignaient au loin. Je continuais d'errer dans la rue, caché sous mon bonnet, mon écharpe et mes lunettes. J'errais perdu dans mes pensées, je ne savais plus comment agir. Deux semaines étaient passées depuis que la nouvelle avait été lâchée comme une bombe, je ne savais pas comment cela avait pu être possible. On avait toujours su être discret après tout. Mais maintenant, c'était fini, notre carrière aussi allait se finir. Je marchais donc seul, me demandant ce que l'avenir allait nous réserver. La nuit m'appelle comme jamais, elle est accueillante et apaise mon cœur blessé. Blessé par ces journalistes qui peut tourner la plus belle chose au monde, en un acte criminel, interdit. Mais est-ce de notre faute ? Est-ce de ma faute si notre passé commun, notre avenir, nos points communs nous avaient aussi bien rapprochés ? Est-ce de ma faute, si mon cœur l'a choisi lui et non quelqu'un d'autre ? Non, le cœur choisi la personne qu'il croit bon pour nous. Et il se fout de ce que l'on peut penser autour, l'important, c'est son propre bonheur. Savoir être un peu égoïste. Je marche, des personnes s'avancent vers moi, j'entends leur voix s'élever dans le ciel. Elles chantent, des paroles incompréhensibles, surement dues à leur état d'ébriété avancé. Je souris faiblement sous l'écharpe et baisse la tête en avançant.

Je suis tout de même un peu perdu, je ne sais pas si je pourrais le revoir un jour. Pour l'instant, on nous a demandé de prendre des distances. Il est rentré chez ces parents et moi chez les miens. Je m'attendais à être rejeté, à être renié par ma famille. Mais il avait su voir ma détresse, il avait su voir à quel point j'étais perdu. Personne n'avait pu me reprocher d'être tombé amoureux de mon meilleur ami. Non, parce qu'il savait qu'il était quelqu'un de bien, et que l'on faisait beaucoup trop de choses ensemble pour que cela n'arrive pas un jour.Je n'ai jamais été attiré par un garçon avant, mais le principal problème venait de là. L'amour entre deux hommes était impossible, et encore moins dans le secteur dans lequel on évoluait. Mais, je ne devais pas pleurer sur mon sort. Je ne devais pas. Mais c'était difficile. Mes pas finirent par me ramener chez moi, enfin chez mes parents. J'entrais, leur souriais tristement et me dirigeais vers ma chambre. Deux semaines que j'étais dans cet état, et il ne savait pas quoi faire. Personne n'arrivait à me sortir de ce gouffre. Je regardais un vieux journal sur le sol. Le titre et les photos me sautant aux yeux. « Nouvelles chocs pour l'industrie musical. Jung Taekwoon et Cha Hakyeon, membre du groupe VIXX, entretiennent une relation amoureuse secrète. » Je prenais le journal pour le froisser et le jeter plus loin. Je n'avais plus eu de nouvelles de lui depuis, les garçons prenaient tout de même de nos nouvelles. Parfois, j'osais leur demander si lui aussi allait bien, la réponse était toujours la même. On ne sait pas. Une larme coula sur ma joue, suivie d'une autre. Je me sentais comme un étranger ici, je n'avais besoin que de lui. Je voulais qu'il soit là avec moi, qu'il m'aide à surmonter tout cela. Tout ce qui était nouveau pour moi. Je ne pouvais combattre ce sentiment et sombrais encore un peu plus. L'appétit s'en alla, elle aussi.

Toujours aucune nouvelle, je ne le supporte plus. J'ai beau l'appeler tous les jours, il ne répond pas à mes appels. Je sais qu'on nous a interdit de nous voir. Interdit de rentrer dans notre chez nous, ce dortoir qui avait partagé tellement de nos moments. Ne pouvait pas au moins se parler au téléphone ? Mais, je n'en pouvais plus, je voulais sentir ses bras autour de moi. Sentir son souffle contre ma peau. Je me levais, m'habillais un peu comme je le faisais la plupart du temps lorsque je sortais. Passer inaperçu était primordiale. Heureusement personne n'était là, je me faufilais et m'éloignais de ma maison, sans que personne ne le sache. Je ne voulais pas prendre la voiture de mon père, je me ferais surement rapidement remarquer. Je marchais, essayant de trouver un taxi. Chose faite, je lui demandais de me laisser à l'entrée de sa rue. Je fis le reste du chemin seul, encore une fois, pour n'éveiller aucun soupçon. Je m'enfonçais peu à peu dans la neige, mais je n'en avais que faire, le froid ne me faisait plus rien. J'avais déjà bien trop froid à l'intérieur pour ressentir celui qui m'entourait. J'arrivais devant chez lui, frappais timidement à la porte. Sa mère ouvrit, elle ne fut pas surprise, elle me tira à l'intérieur et me prit dans ses bras. Je laissais échapper un sanglot pourtant, je ne devais pas me laisser aller. Elle le sentit, et essaya de me transmettre ses ondes positives.

- Où est-il ?
- Il n'a pas bougé de sa chambre. Rien à faire, il ne décroche pas un seul mot. Son père a abandonné. Nous n'attendions que toi, parce qu'au fond, tu as toujours été cet être spécial pour lui.
- Je vais monter le voir.
- Je vais vous préparer des chocolats chauds et de quoi manger.
- Merci.

Je montais, souriant une nouvelle fois à cette femme qui avait toujours su m'accueillir dans leur famille, comme si j'en faisais partie. Je montais les marches une à une, ayant peur de le retrouver. Peur de voir sur quoi j'allais tomber. Je toquais à sa porte doucement, mais il n'y eut aucune réponse. Je poussais la porte pour entrer, dans cette chambre, où j'avais déjà passé la nuit, un jour de fête. Je le retrouvais, recroqueviller sur lui-même près de la fenêtre. Le rideau était tiré, donnant très peur de clarté. Et puis, je ne savais pas ce que je devais faire. Quelle attitude adoptée ? Allait-il m'envoyer balader ou répondre gentiment à mes questions. J'entrais à l'intérieur, je me laissais tomber sur le sol à côté de lui, m'allongeant dans son dos, je passais mes mains autour de lui. Nos deux corps s'emboitaient parfaitement dans la position dans laquelle on se trouvait. Je le sentis bouger et se retourner en face de moi. J'essayais de l'en empêcher, en vain. Il se leva finalement, surpris par ma présence ici. Il était maintenant assis, je fis de même et me levai. Il me prit alors dans ses bras, je le serrais tout contre moi, cela semblait faire une éternité.

- Hakyeon, tu ne peux pas continuer à t'isoler et ne pas parler aux garçons. Ils savent que c'est ta mère qui répond à leur message.
- C'est de ma faute, je suis tellement désolé. Tu avais raison, je n'ai jamais su me tenir.
- Ne te blâme pas. Ils l'auraient su un jour ou l'autre. On aura au moins eu le temps de vivre notre rêve ensemble.
- Mais à cause de moi, ce rêve a été brisé. Ton rêve, celui des garçons. Et puis, pourquoi tu es là ?
- Les choses sont faites désormais, je ne peux pas rester plus loin de toi,pas aussi longtemps.
- On ne devrait pas, on risque d'aggraver les choses. Je ne veux pas que tu en souffres plus. Taekwoon, ce n'était qu'une erreur depuis le départ.
- Ne dis pas ça.
- Tu dois entendre la vérité. Je me suis trompé, et c'est à cause de moi que tout est arrivé.
- Ne me dis pas ça, s'il te plait.
- Je ne veux plus que tu viennes. Tu ne dois plus venir me voir. Oublie-moi.
- Pourquoi tu fais ça ?

Il se leva et quitta la pièce. Je me relevais, le cœur un peu plus brisé qu'avant de venir le rencontrer. J'avais mal, je ne savais plus ce qu'il fallait que je lui dise. Apparemment plus rien. Je quittais la chambre et croisais sa mère. Elle vit les larmes qui quittaient mes yeux, elle comprit, elle se décalait simplement pour me laisser passer. Je la saluais et quittais la maison presqu'en courant. Si je m'étais retourné, peut-être aurais-je vu Hakyeon pleurant dans les bras de sa mère. Peut-être aurais-je vu toute la détresse, toute la tristesse qu'on pouvait lire dans ses yeux. Mais je ne le fis pas, je m'éloignais sans un regard en arrière. L'air frais me fouettait le visage, je ne savais plus depuis combien de temps je courrais. Cependant, je devais rentrer, je me sentais tout à coup très las. Je ne pouvais plus lutter, si lui-même m'abandonner. Je ne lutterais plus. Entrant dans le premier taxi, je rentrais directement chez moi, m'enfermant dans ma chambre. Je ne voulais voir personne, ne parler à personne. Je jetais mon téléphone dans un coin de la chambre et plongeai ma tête dans les coussins. Les larmes coulèrent une nouvelle fois, bien trop longtemps, je les avais retenues. Et une fois qu'elles sortaient, elle ne voulait plus s'arrêter, c'était vraiment très, très énervant. Je finis par sombrer dans le sommeil. Un sommeil peuplait de cauchemars en tout genre, ne me laissant aucun répit.

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis ma visite chez lui. Je me laissais aller. Je ne mangeais presque plus, j'avais d'ailleurs perdu pas mal de poids. Je ne parlais à personne. Bien sûr, je suivais toute information concernant le groupe. Apparemment, notre CEO n'avait pas encore annoncé la dissolution du groupe. Selon une discussion téléphonique que j'avais surprise, il ne comptait pas le faire. Je pus voir aussi que nombreuses fans nous supportaient, disant que malgré tout, le groupe restait talentueux et qu'on leur manquait. D'autres étaient beaucoup plus virulents dans leur propos, disant que l'on ne méritait même pas d'être chanteur, que nous étions des abominations. Mon cœur me faisait souffrir lorsque je tombais sur ce genre de commentaire, ne me donnant pas le courage de me battre pour celle qui croyait toujours en nous. Si seulement tout cela n'était pas arrivé. Et le pire, c'est que je continuais à le vouloir avec moi. Mais il n'était pas là. Et je n'en suis que plus mal. Ce soir-là, je voulais quitter la maison, il était tard et j'avais besoin d'air. Heureusement qu'il ne faisait pas très chaud, sinon, j'étoufferai sous la masse de vêtement que j'avais pour me cacher. Je voulais me rendre à un endroit en particulier. Lieu où tout ceci avait commencé, lieu où on nous a attrapés. Je m'asseyais sur le petit muret au bord du lac, encore gelé. Mes yeux étaient perdus dans le vague, mais je sentis quelqu'un prendre place à côté de moi. Je savais sans le regarder qu'il était à côté de moi. Que tout comme moi, il était perdu. On ne se parlait, qui y'avait-il à dire depuis la dernière après tout. Je sentis simplement sa main venir prendre la mienne, la serrer fortement, me transmettant sa chaleur. Il finit par y faire des petits cercles, attirant mon regard vers son visage. Il ne me regardait pas, je me permettais alors de l'observer, de détailler chaque trait de ce visage. Il semblait aussi fatigué que moi, son regard n'avait plus cette petite lueur taquine qui le distinguait tant.

- Hakyeon...
- L'agence a appelé. On a une conférence, pour mettre tout cela au clair.
- Ah... c'est pour cela que tu es venu ?
- Non.
- Pourquoi alors ?
- ...
- Hakyeon, je t'en prie.
- Je devais, ou plutôt il fallait que je te voie. Tu me manques, je ne sais pas pourquoi je t'ai dit toutes ces horreurs. Je ne sais pas vraiment, j'imagine que j'ai perdu pied. Taek, ce sera la première fois qu'on se retrouve totalement confronté au public. Je veux qu'on le fasse ensemble.
- C'est aussi ce que je veux.

Je laissais ma tête tomber sur son épaule, souriant légèrement. J'étais plus léger, je me sentais mieux en sachant qu'il ne pensait pas ses mots. Mais je ne pouvais m'empêcher d'avoir peur, peur de ce que nous allons devoir affronter le lendemain. Il finit par se lever, je levais simplement un regard vide vers lui. Il me tendit la main, je la pris. On marcha dans ses rues que j'arpentais seul depuis plusieurs semaines. Il n'avait pas lâché ma main, je ne pouvais que l'en remerciais. On allait tout affronter ensemble à partir de maintenant, qu'importe ce qui allait être dit sur nous. On rentra finalement, il resta chez moi cette nuit-là. Le lendemain, c'est notre manager ou ancien, qui vient nous voir. Il nous mit dans une voiture pour nous ramener au bâtiment principal. Les garçons étaient là à notre arrivée, ils nous sautèrent au bras, heureux de nous retrouver. L'heure approchait petit à petit, mais je mourrais de peur. Mon corps était pris de tremblement, mes yeux luttaient contre mes larmes qui voulaient se libérer. Une main se posa alors sur ma joue, je relevais les yeux pour tomber sur le visage souriant de la personne que j'aimais. Il déposa chastement ses lèvres sur les miennes, avant de m'attirer dans ses bras. C'était l'heure. On alla vers la grande porte, il me prit la main, la serrant fortement pour garder courage. Hyuk, à mes côtés, attrapa lui aussi ma main. On avança alors tous, main dans la main, allant affronter cela soudé. À cet instant, le sentiment que j'avais et qui me détruisait petit à petit s'était dissipé. Je n'étais pas seul. Nous n'étions pas seuls. Depuis le début, nous étions une famille, et désormais, je savais qu'on pouvait tout affronter. Les portes s'ouvrirent, je jetais un dernier regard vers Hakyeon avant que les flashs des appareils photos ne nous aveuglent. Inspirant profondément, on se jetait tous dans la cage aux lions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: OS OS que des OS ><   

Revenir en haut Aller en bas
 

OS OS que des OS ><

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY EMPIRE :: Hors RPG :: Création :: Ecrits-