AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 15:52

Park Lee Wei


Me concernant, je me nomme Park Lee Wei et je suis né un 9 décembre à Uiseong. Âgé de 459 ans, je n’en parais que 20 et je suis de nationalité coréenne. Actuellement je travaille en tant que escorte boy et serveur au Night Club à mes heures perdues, on peut donc considérer que j’ai des revenus assez bons. Si cela t’intéresse, je suis célibataire et bisexuel. Pour terminer, tu dois savoir que je suis un Dracun, et à ce qu’il parait je ressemble trait pour trait à Huang Zi Tao.

Caractère

Ce que je suis, ce que j'étais, ce que je serais, il n'y a pas de mot assez précis pour définir cela. Il n'y a pas vocabulaire assez large pour vous dire ô combien je suis indescriptible. Je ne suis rien, mais tout à la fois. Je ne suis personne, mais tellement de monde à la fois. Je n'ai rien à cacher, rien à montrer. Je vis, pour vivre. Je ne suis qu'une ombre sur un mur blanc. Je suis Park Lee Wei, même si j'ai souvent été habitué à porter un tout autre nom, un chiffre, un chiffre ridicule pour être classé tel du bétail. Numéro 047.

Ma personne vous important tant ? Au point de vouloir me connaître, au point de vouloir me cerner ? Croyez- moi, je n'ai rien à vous offrir, rien à vous donner. Je ne suis qu'un pantin sur cette grande scène qu'est la vie. Tout comme vous. Après tout nous ne sommes pas si différents. Vous êtes impurs, incorrects, mesquins, pathétiques. Exactement comme je le suis, voire moins, tout de même. Cependant, j'ai l'honneur, non que dis-je, l'immense honneur de l'assumer. Je ne fais pas semblant. Je ne cherche pas à être une personne que je ne suis pas. Je refuse d'être sympathique seulement sous vos beaux yeux. Ce serait impossible. J'ai un nombre incalculable de défauts, et des qualités inexistantes. De vous à moi, vous êtes tous plus pourris les uns que les autres. Et cela jusqu'à la moelle. Votre échine se courbe si facilement que votre visage racle le sol. Ne vous prenez pas pour Dieu, vous n'êtes que de misérables individus. Que de vulgaires crétins cherchant la joie, l'amour, la compassion. Et j'en passe, tellement ces sentiments me font vomir. Qui disons-le, ne sont que de parfaites illusions destinées à vous faire vous sentir bien. Car oui, seul le bonheur est toléré. Et le malheur, lui, ne devrait jamais naître. Non je ne vous déteste pas, je vous hais. Non je ne vous ignore pas, je vous méprise. Incapables, fiers et arrogants. Sous ce masque aux mille couleurs, se cache une face monstrueuse. Semblable à celle des bêtes provenant des légendes. Légendes, où ne résident ni fées, ni princes charmants. Vous l'avez compris, ou non pour les plus lents d'entre vous, je suis quelqu'un que l'on peut qualifier de misanthrope. Un être aveuglé par une image plus que dédaigneuse de la société et de l'univers qui l'entoure. Une image réelle. 

Ce monde, ou plutôt, cet enfer a beau me débecter, il me satisfait. Je ne pourrais pas le voir blanc, cela serait bien trop ennuyant. Cette atmosphère monochrome me convient. En fait pour tout vous dire, elle m'amuse. Il y a bon nombres de luxures à exploiter. Et d'infractions à commettre. Fumer. Se droguer. Se prostituer. Boire. Battre. Tuer. Il nous faudrait bien plus d'une vie pour tout explorer, c'est pourquoi il faut s'y prendre vite. Je regrette de ne pas avoir goutté à ces délices avant. Ce que je regrette encore plus ? De ne pas avoir encore un minimum tout essayer. Je n'ai pas peur des répercussions que pourraient avoir mes actes. Si je dois payer, soit. Si je dois continuer, soit. Tout me comblera. Du moment qu'un quotidien morose ne m'attend pas. Du moment que je ne me retrouve pas enfermé dans un bureau comme tout hommes modèles. Ce que je suis loin d'être. Ce que je refuse d'être. 

Mature est un mot que je ne connais pas, ou que j'ai volontairement oublié. Il y a bien longtemps que j'ai cessé d'être sensé. Conforme à la morale. Je suis en marge de tout cela, loin d'une réalité toujours trop épuisante. Je n'ai pas besoin d'être sérieux. Non, j'ai plutôt besoin de me faire entendre, de crier, de râler ou encore de tout balancer. Je ne possède aucun sang froid, aucun bon sens, et aucune bonne manière. Je fais ce qu'il me plaît, tout en me délectant de la haine d'autrui. Quoi ? Bien sur que me faire détester me conquit. Mon insolence et ma vulgarité vous rendent mal à laise ? Très bien, je continuerais. Mon extravagance et mon physique vous font frôler l’infarctus ? Très bien, crevez en silence. Vous n'avez aucune utilité à mes yeux. Mais moi, j'en ai aux vôtres. Oui, je peux vous faire pleurer, vous faire fondre de douleur ou encore vous maltraiter verbalement. Or, un sourire se dessinera sur votre visage, au simple contact de mon corps si peu chaleureux. 

Je ne suis ni mauvais, ni gentil. Je me contente d'être ce que je suis, tout en suivant un chemin déjà tracé dans une forêt bien trop sombre. J'ai ouvert les yeux pour regarder droit devant moi, et j'ai saigné. J'ai appuyé mes mains contre l'écorce dur, et j'ai saigné. J'ai avancé tout en traînant les pieds, et j'ai saigné. Dans l'obscurité il n'y a rien, rien d'autre que le néant. Un silence assourdissant, un froid mordant, une douleur mystérieuse. Je suis vide, il n'y a rien en moi, toute trace d'humanité a disparu. Mon regard constamment éteint en est la preuve, il est là pour représenter ce que je suis. J'ai hérité de cicatrices, d'un fardeau. Maintenant je dois tout traîner et ce même si cela m'écorche le dos. J'ai appris à oublier le monde, oublie toute horreur. Pourquoi classer les choses en fonction de ce qui est bien ou mal ? Nous faisons ce que nous devons faire, tu penses comme nous devons penser. Pour certain je ne suis qu'un égocentrique qui ne voit rien d'autre que lui-même. Peut-être parce que je les regarde tous avec indifférence, parce que c'est ce qu'ils me font ressentir. Vous n'avez guère plus d’intérêt à mes yeux qu'un cadavre en décomposition. La putréfaction... Ce mot me câline, me conquit. Sa sonorité, sa signification, tant d'émotions. J'ai vu mourir un nombre incalculable de personnes, elles se sont écroulés, là devant moi. Je n'avais pas pitié, je n'étais pas triste. Très tôt on m'a appris que la vie n'était qu'un jeu. Tuer ou mourir, tuer pour ne pas mourir, mourir par peur de tuer, c'est un cercle vicieux. Je me considère comme étant déjà mort, je ne ressens rien, absolument rien. Mon enveloppe corporelle s'est figé, et mon esprit est partie en lambeaux. 

J'ai vécu dans certaines convictions, au milieu d'une foule qui ne m'a pas laissé le choix de penser comme je le voulais. Il y a de nombreux mystères en ce monde, mais malheureusement je les connais tous. Je suis resté enfermé dans l'obscurité, mais je n'étais pas pour le moins sourd. J'ai entendu leurs cris, leur appelle au secoure. Mais je ne pouvais rien faire, j'étais impuissant, je devais simplement attendre que mon tour vienne. Je n'étais qu'un outil, un objet qui pourrait devenir utile. On m'a forgé, on a fait de moi l'être abominable que je suis aujourd'hui. Mais je ne leur en veux pas, non je n'en veux à personne. Que ce soit à ces créatures de la nuit, ou ces scientifiques ratés. Aussi étrange que cela puisse paraître, aucune haine ne règne en moi, aucune tristesse. Cela c'était avant, au début, lors de la découverte...

Je suis froid, distant, et sûrement trop direct. Veuillez m'en excuser. Je n'ai pas vécu d'amour et d'eau fraîche. En fait, d'amour tout simplement. Et en ce qui concerne l'eau, pour ma part cela se limite au whisky. Je n'ai pas connu la sensation que peu vous procurer une faible et véritable étreinte. Ou du moins je l'ai oublié. On a toujours été dans l’incapacité de me satisfaire sentimentalement. De ce fait, je n'attends plus rien de vous autres. Je n'attends plus rien de la vie en elle-même. Tout est si noir, que pour moi la lumière n'a plus sa place. Ses faibles rayons, ne peuvent plus m'atteindre. Le temps où je pouvais voir le soleil se lever, est révolu. Le temps où je pouvais sentir la pluie couler sur mon visage, est révolu. Ces sensations, qui vous font vous sentir vivants ne m'atteignent plus. Mon existence est dénuée de tout intérêt. Si bien que je ne me préoccupe plus de ce qui peut être bon ou non pour moi.


Histoire


ϟ Bad Blood.


Le jour de ma naissance, ils ne sont pas demandés si j'étais un garçon ou une fille. Ils n'ont pas tergiversé quant aux noms qu'on me donnerait. Ils ne se sont pas demandé si j'allais grandir normalement, si j'allais être en bonne santé. Et ils se sont encore moins projeté vers l'avenir en se demandant qui m'apprendrait à faire du vélo. Non, tout cela était tellement banals, inutiles. Ce qui est pour vous était normal, ne l'était pas pour eux. Ils ne faisaient pas d'enfants car ils s'aimaient et souhaitaient faire naître leur amour sous une autre forme. Non ici, les gosses sont des outils, certain plus que d'autres. Je respirais à peine qu'on comptait déjà sur moi pour un nombre infini de choses. Je suis né avec un poids incommensurable sur les épaules. Je n'ai pas eu le choix, je ne l'ai jamais eu, et on m'a encore moins demandé mon avis. J'étais destiné aux ténèbres, à n'être qu'une marionnette qu'on pourrait manipuler à sa guise. Alors quand mes premiers cris se sont fait entendre, on pouvait également percevoir un sourire satisfait sur leurs lèvres peu habituées à cette expression. Un village perdu dans une campagne bien trop dense, des habitantes inconnues des plus grands seigneurs. Qui se serait préoccupé de nous et de nos miséricordes ? Personne … Personne, puisque tout cela est resté sous silence, comme un acte sans aucune valeur morale, comme quelque chose à effacer des mémoires. Ils nous ont envahis, ils nous ont privés de toutes ressources, de tout mais de rien à la fois. En échange de la libération de nos terres il y avait un prix, car au fond rien n'est gratuit, tout se doit et tout s'achète. Nous ne les connaissions pas, il s'agissait d'étrangers venant de la ville. Pourtant les villageois ont fini par céder leur confiance, cela ne devait pas être si dur. Ils ne savaient pas à quoi nous allions servir, ils ne savaient pas si nous allions rester en vie, si nous serions maltraités ou bien logés. Mais ils ont accepté, comme on n'accepte une bien belle offrande, et ce seulement quelques que semaines après l'invasion.



ϟ Lost in the snow.


J'ai grandi dans ce paysage monochrome, j'ai parcouru l'herbe à l'aide de mes doigts chétifs tout en inspirant profondément l'air qui s'offrait à moi. Les jours devenaient de plus en lus long sans que je comprenne pourquoi. Parfois, je ne parvenais plus à sentir le vent se jeter contre mon visage. C'est comme si aucune sensation ne pouvait me traverser, comme si je ne ressentais plus, comme si je n'avais jamais ressentis. Il y avait cette continuelle solitude en moi, ce vide incommensurable et inexplicable. J'avais la désagréable impression d'être seul, et de ne pouvoir être entouré. Pourtant, ma croissance s'est effectué normalement, même si j'ai toujours été de nature faible. Aucun problème ne se dessinait à l'horizon, mais je savais éperdument que tout n'était pas si blanc. Maman... Non que dis-je mère, mais après tout quelle est la différence, maman et papa, mère et père. Ces deux personnages, mes géniteurs, ceux qui m'ont élevé, ont toujours été distant avec moi. Un gouffre me séparait d'eux, et ils l'avaient formé avec leurs propres mains usées par le temps. Le 9 décembre, c'est-à-dire le jour de mon anniversaire un rite prenait place. Par tradition « elle » tallait le bois d'un trait muni d'un couteau. Je me souviens avoir demandé un nombre incalculable de fois ce que cela signifiait, mais j'avais pour seule réponse le silence. Je travaillais à la ferme, je cultivais les champs, cela était une habitude. Alors que j'étais soigneusement caché dans les tournesols je pouvais voir rire et courir les autres enfants de mon village. Il semblait heureux. Heureux … J'ignorais si ce mot avait une véritable définition. Qu'est-ce que la joie ? Qu'est-ce que la tristesse ? Avait-on oublié de m'enseigner les émotions et particularités qui faisait de nous des êtres humains ? Oui sans doute … Un nouveau mois de décembre, froid, trop sûrement, nous étions le 9 mais rien ne s'est passé comme je l'imaginais. Pas de coup sur ce bois bien trop abîmé, pas de questions embarrassantes, mais toujours ce silence assourdissant qui me meurtrissait peu à peu. Il neigeait, oui il neigeait énormément, les flocons tombaient doucement devant ma fenêtre. À ma grande surprise on a toqué par trois fois sur notre modeste porte en bois. Avec nonchalance « il » a ouvert machinalement l'entre, de manière plus que naturelle. Et c'est à cet instant que je l'ai senti, enfin, le vent frappant mon visage, entrelaçant mes cheveux les uns dans les autres ...



ϟ Another Sensation.


Sans que je comprenne pourquoi l'homme vêtu de noir m'a attrapé le bras pour enchaîner mes mains. J'étais sans doute trop terrifié pour pouvoir hurler, me débattre ou même pleurer. « Ils » n'ont pas relevé l'acte, « ils » ont tout simplement continué leurs activités quotidiennes. Comme si la scène était invisible, comme si j'étais invisible. Ma vie a basculé avant même que je puisse m'en rendre compte. En un souffle je me suis retrouvé dans cette grosse charrette qui attendait en bas de chez moi. Il faisait sombre, froid, et je n'étais pas seul. Je pouvais sentir la respiration d'autres personnes, mais je ne parvenais pas à voir leur visage dans la pénombre. L’incompréhension régnait, est-ce que tout cela était réel ? Tout c'était passé si vite, que j'aurais cru à un cauchemar. Malheureusement, le froid qui me torturait, la nuit qui se faisait de plus en plus dense, tout cela étaient bien vrai. Je ne sais combien de temps j'ai passé enfermé dans cette boîte, après tous les minutes se transformaient en heures, et les heures en jours. Mais lorsque les roues ont cessaient leur course, c'est à cet instant que j'ai enfin pris peur. Qu'allait-il se passer ? Un à un nous descendions de la roulotte, affaiblie par les températures austères. Lorsque j'ai regardé autour de moi, j'ai pu voir mes « camarades », à peine âgé de 15 ans sûrement, tout comme moi. L'ignorance est l'une des pires choses, ne pas savoir ce qu'il va advenir de nous. Continuer d'avancer sur un chemin obscur sans savoir où il nous mènera. Je me suis senti vivre, j'ai senti toutes ces sensations qui vous font vous sentir humain. Bien sûr, j'aurais préféré découvrir cela autrement, mais nous ne sommes pas maîtres de tout. Une bourrasque a alors soufflé, ce qui m'a fait vaciller, les lèvres dans la neige et les mains liées, je ne pouvais plus bouger. Un homme robuste et à la cape noire m'a relevé de sa poigne de fer.

-Ils nous avaient dit qu'ils seraient forts et aptes à toutes situations, mais regardez celui-ci !

L’énergumène me secoua de toute part, j'ai chancelé comme une feuille au gré du vent. Je pouvais contester autant que je le voulais, jusqu'à épuisement, cela était inutile. Le regroupement d'être infâme m'a lorgné avec mépris, pour eux j'avais autant ma place sur terre qu'un insecte. Un misérable insecte, c'est ce que j'étais. Je me plaignais de ma solitude, de mon désarroi, mais en ce jour j'ai découvert qu'il y avait pire. Bien pire …



ϟ Trouble Maker.


Devant nous se présentait un immense bâtiment fait de pierre, et entouré de barricades de bois. Cela ressemblait bien plus à une prison qu'à une résidence. Les brutes nous ont poussé jusqu'à l'entrée, comme on fait rentrer des bœufs dans un enclos. Mais un rebelle s'est fait sentir, l'inconnu a craché au visage de son bourreau, tout en hurlant un tas d’obscénités. Assez mécontent de cet acte, il attrapa le cou de l'isolant pour le tordre sous nos yeux. La rage se lisait en lui, ses doigts entourés sa fine gorge. Le bruit sourd de sa nuque craquant sous le poids de la bête est parvenu jusqu'à mes oreilles. Le corps s'est subitement écroulé sur le sol, je l'ai vu tomber, je l'ai vu mourir, là devant moi. C'était lui, mais j'aurais pu être à sa place. Je ne comprenais pas, non je ne pouvais pas comprendre comment une vie était si facile à ôter. Et j'avais peur, tellement peur que ce soit mon tour, ou même celui de mon voisin. Alors j'ai su... J'ai su que nous n'étions pas là par hasard, et encore moins pour nous amuser. Quelque chose d'inimaginable sous attendait, je le sentais.


-Et que cela vous serve de leçon ! Si un de vous ne marche pas droit, je me ferais un plaisir de lui faire connaître le même sort ! Avancez, bande de rats !

Alors tout le monde s’exécuta, sans regarder le cadavre gisant dans le froid. Un seul regard, et il en aurait été fini de nous. Pourtant j'aurais voulu me jeter dans cette neige, par peur de connaître la suite, par peur de voir le futur. Un futur terrifiant …



ϟ You bleed ?


Ce que j'ai vécu dans cette cellule, il est impossible de vous le décrire parfaitement … Tout simplement parce que l'horreur que j'ai connu est indescriptible. En arrivant on m'a tout d'abord vêtu de guenilles, avant de mettre mon crâne à ras. Mon regard était vide, inexpressif. Je ne savais plus quoi penser, c'était le néant. Je me suis laissé faire, sans même me demander si j'aurais dû bouger ne serait-ce que d'un centimètre. Sur ma peau, récemment dénudé, on a gravé au fer rouge le numéro « 047 ». C'est à cet instant que j'ai compris que je n'avais plus d'identité … La douleur en était insupportable, j'ai saigné, j'ai vu ma peau se décomposer peu à peu. Cela était si fort que je me suis évanoui, pour finalement me réveiller dans un trou, un trou juste assez éclairé pour que je puisse voir le bout de mes doigts. Des hurlements raisonnaient, je les entendais gindre, tous … J'ai repensé aux propos que nos hôtes avaient tenus lorsque nous étions fraîchement arrivés. Ils nous avaient expliqué la raison de notre présence ici, comme c'était aimable. Nos parents nous avaient vendus, et ce en échange de la liberté. Cela m'a tout d'abord fait mal, très mal, mais j'ai fini par comprendre. Oui, cette distance qu'il y avait entre mes géniteurs et moi, voilà d'où elle provenait. Nous aurions pu être heureux, mais cela ne faisait pas partie du cours des choses, hélas. Plus tard, ils nous ont informés de notre destin. De ce à quoi nous étions voués. Il pouvait nous appeler comme ils le voulaient, hybride, prouesse scientifique, sauveur. Pour moi,  nous n'étions que l’œuvre de fous, un simple projet scientifique entretenu par des psychopathes. Leur objectif : faire de nous des mi-vampires, mi-chasseurs. Oui comme vous pouvez vous en douter nous avions bien ris, cela ressemblait tellement à une farce que c'était la seule rection qu'ils pouvaient attendre. Mais nous avons vu de quoi il retournait, nous l'avons vu face à nous. Cette chose qui semblait si humaine, qui s'est soudainement jeté sur l'un des gardes qui lui faisait sentir quelques effluves de sang. Ces dents si longues, ce liquide suave au bord de ses lèvres, et cette odeur de mort et de putréfaction qui se dessinaient doucement. Au point où j'en étais j'aurais pu croire n'importe quoi. La chose s'est rapidement faite happé par une hache détenu par le « professeur », comme ils l'appelaient tous. Sa tête a roulé jusqu'à nos pieds nus, et nous l'avons lorgné avec stupeur.

-Voyez ! Vous êtes né pour lutter contre ces montres de légendes ! Acceptez, ou mourrez …



ϟ Empty.


Pendant ces 5 longues années j'ai vu des gens mourir, des tentatives de rébellion échouer. Mais je ne prenais part à rien, je savais que nos actions n'étaient qu'une perte de temps. Alors je restais là, à contempler le ciel, ce ciel que je connaissais par cœur. La petite fenêtre bien trop haute pour que je puisse l'atteindre, était ma seule connexion avec le monde extérieur. Mais mon tour est venu, je ne l'attendais pas, je ne le cherchais pas, il devait venir de lui-même. J'ai marché dans ce couloir au sol glacé, mes pieds amaigris par l'usure râpaient contre ce dernier. À l'aide de sangles on m'a cloué sur une table, autour de moi se dressait tout un assortiment médical dont j'ignorais le nom. Je n'avais pas peur, le noir était devenu mon allié, si bien que je me moquais bien de mon triste sort. Je n'avais aucune information en ce qui concernait les précédentes expériences. Véritable échec ou réussite considérable, t-elle était la question. Quand j'ai senti ces aiguilles percer mon corps, et ces lames me découpaient, j'ai cru que la mort me tendait les bras. Je vous mentirais en disant que la souffrance était supportable, ce qui n’était bien évidemment pas le cas. C'est alors qu'un mirage s'est dressé devant moi, des flammes, je voyais flammes obstruer ma vision. Et mes yeux se sont clos, aussi rapidement que le soleil se couche pendant les saisons hivernales.



ϟ Is that alright ?


Un gaz désagréable me chatouillait la gorge, c'est ce qui m'a sorti de mon sommeil. Ce qu'il venait de se passer était totalement floue. Je me souvenais de la douleur, des chaînes de cuire, du sang, mais de rien d'autre. Le paysage était chaotique, j'étais totalement perdu, désemparé. Les flammes que j'avais prises pour une illusion, étaient réels. Je me suis hissé jusqu'à la porte tout en espérant échapper à cette fournaise. Mais mes jambes étaient lasses, je tenais tout juste debout. Pour moi, tout était clair, j'allais mourir. Mes mirettes ne parvenaient plus à rester ouverte, et à faire leur travail correctement. Je me suis écroulée sur 100 mètres, incapable d'avancer plus. La chaleur me brûlait de plus en plus à chaque nouvelle seconde qui passait. Mais j'ai senti une faible main m'attraper pour me traîner. Jusqu'où ? Je ne sais plus. Mais assez loin pour que l'air devienne enfin respirable. Il me semble avoir entendu des mots rassurants tels que « ça va aller, tu es libre maintenant. ». Puis comme si mon ouïe c'était grandement amélioré, j'ai entendu des pas s'éloigner. J'ai balbutié des phrases incompréhensibles, que même moi je ne savais pas déchiffrer. Lorsque je touchais ma peau, je sentais ma chair. J'étais défiguré … Une nouvelle fois ma conscience s'est interrompu, à croire que cela devenait une habitude...



ϟ The end and the beginning.


La forêt … J'entendais les branches d'arbres danser, les feuilles chanter, et le vent siffler. Je percevais même bien plus, des animaux gambader et des volatiles s'exprimer. Alors dans un élan de torpeur je me suis relevé, tournant ma tête à droite puis à gauche pour comprendre ce qu'il m'arrivait. Devant moi, une ruine, un bâtiment complètement détruit. Des cendres volaient encore parmi les bouts de bois carbonisés. Tous me revenaient en fragments, comme lorsqu'on rassemble les morceaux d'un miroir brisé. Je me suis redressé pour m'éloigner ce cet enfer. J'ai couru, sans m’arrêter, sans me retourner, sans savoir où j'allais. Ma course était illogique. Pourquoi courais-je ? Pour fuir. Mais pour fuir quoi ? Je l'ignorais. Je savais que je devais aller aussi loin que je le pourrais, et ce jusqu'à épuisement. La lune commençait à se montrer lorsque j'ai fini par atteindre une modeste ferme. Je me suis avancé jusqu'à un puits pour y voir mon visage, il n'avait rien. Ma peau était plus claire, et mes yeux plus sombres, mais aucune imperfection n'était notable. C'est alors que je me suis souvenu de la désagréable sensation que m'avait procurée la chair contre mes doigts. C'était impossible, et pourtant … Au loin, j'ai entendu des pas se rapprocher. Une jeune femme, une magnifique jeune femme à la robe blanche et aux cheveux tressait se tenait face à moi. Et … En une fraction de seconde j'ai senti son sang glisser le long de ma gorge. J'ai senti ses os se défaire sous mon étreinte. C'est ainsi que je suis devenu ce qu'ils attendaient …



ϟ Give my gun away when it's loaded.


J'ai traversé les âges tout en me détestant un peu plus chaque jour. Après l’incendie j'ai vagabondé sans suivre de routes précises. Je n'avais aucun but, sauf celui de tuer pour survivre. Je refusais de m’accepter, je me renfermais sur moi-même, j'étais faible. Bloqué dans la peau d'un jeune homme de 20 ans, je pouvais voir les autres vieillir et mourir, alors que moi je ne changeais pas. Plus le temps passé, plus l'humanité me répugnait. L'être humain pour ce qu'il m’avait fait subir, et ce qu'il faisait subir à autrui me débecquetait. C'est pourquoi j'ai enchaîné massacre sur massacre, dans l’espoir de les anéantir. Mais ma cause était perdue d'avance, j'ai fini par le voir, leur existence ne méritait aucun regard de ma part. Alors je me suis livré à l'indifférence, et j'ai enfin commencé à jouir des joies de l'éternité. Tout ce qui semblait mortel pour les autres, ne m'atteignait pas, je pouvais me permettre toute extravagance. Malheureusement, une vie de débauche ne vous garde pas indéfiniment. Je ne me suis jamais arrêté pour entreprendre des études, la connaissance je l'avais vu grandir au fil des siècles, inutile de la revoir dans de banals bouquins. Mon corps était parfait, trop parfait pour ne pas être utilisé. Alors il est rapidement devenu mon outil de travail, inutile d'en dire plus je suppose. Je n'avais plus honte de rien, alors me prostituer m'étais égale. J'ai acquis une certaine richesse, de manière tout à fait légale, mais il me devait de trouver une véritable activité. Eh oui, je ne me suis que réellement « bougé le cul », que très récemment pour travailler comme serveur dans le Night Club de Suwon. Ville où j'ai passé une bonne partie de mes interminables jours.


♦️ DRACUN :

Que pense t-il de la création des Dracun ? Si j'en venais à renier les Dracuns, cela voudrait dire que je me hais moi-même. Or, cela n'a aucune importance à mes yeux, cela m’indiffère autant que la paix dans le monde. Fut un temps, j'aurais sans doute détesté ce que je suis devenue, mais ce n'est pas le cas.
Quelle est sa préférence entre être un vampire ou un chasseur ?
Les deux ? Etre un vampire vous offre bons nombres d'avantages, mais être un hybride vous ouvre des portes qu'encore hier vous ignoriez.
Accepte t-il sa nature ? Bien sûr, je l'accepte, certains ne voient en eux qu'un monstre, une bête, un projet scientifique raté. Mais ce n'est pas mon cas, ce ne l'est plus.
Quelle est sa relation avec les autres groupes ? Humains, vampires, chasseurs, je dois en croiser tous les jours sans m'en rendre compte. Pour moi, ce n'est pas la race d'une personne qui fait ce qu'elle est. Alors je dirais tout simplement que j'entretiens de bonnes -mauvaises- relations avec tous. Même si ce n'est pas forcément réciproque. Les seules qui me posent sans doute problème sont les sangs purs, ils se pensent supérieur à cause de leurs lignés et leurs capacités. Pauvres choses …


Yosh bande de lama vert ! Lama Jump  Je vous autorise à m’appeler Neuux, qui n'est rien d'autre que mon ID dans tout mmo qui se respecte. Car oui mes petits le Pandicorn que je suis addoooore (si ce n'est pas plus) les jeux vidéo, geek et nerd dans l'âme. Mordu de zombie et à tout ce qui y touche, comme TWD par exemple. J'aime aussi les bains de sang ce qu'explique sûrement mon amour GOT, et j’apprécie les débiles TBBT. L’Asie ? Bien sûr que je l'aime, mais de vous à moi, je ne suis bien plus fan de visu que de K-pop. Même si de mon côté j'ai mes sources (Exo, Nu'est, Vixx, B.A.P, Teen top, Bing Bang, et j'en passe). Pour le visu obligation de vous enfoncer The Gazette dans le crâne (ainsi que Diora, Screw, D=out, et blabla). Je suis fan de métal, Oli de BMTH est l'amour de ma vie, mais Batman aussi. M'enfin je crois que j'en ai trop … Voili, voulu, si connaître un(e) psychopathe vous intéresse y'a pas de soucis Jack & moi-même seront ravis de vous accueillir les bras fermés. Oui car nous sommes deux dans ma tête, mouahahah. C'est funny funny Star Wars  Je RP depuis presque 3 ans mais j'ai récemment fait une petite pause, je me replonge dedans alors un peu de compréhension, huhu. Concernant le forum il m'a tapé dans l’œil niveau contexte et graph c'est le top, je dois pas être le/la seul(e) à vous l'dire. Dernière chose : Validé par le chaton Skull 



Dernière édition par Park Lee Wei le Dim 8 Déc - 18:03, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Hwang Jun Su

♦ Avatar : Kim Kibum - Key [SHINee]
Messages : 261
Hwang Jun Su

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 16:27

Un dracun ♥ Bienvenue à toi et pour bon courage pour ta fiche :3
Si jamais tu as une question le staff est présent pour te répondre :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yeo Na Yoon

♦ Avatar : Kim HyunA
Messages : 145
Yeo Na Yoon

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 16:35

OMG TAO OMG. Bon okay je t'offre mon cou //MUR//... Hum hum. Mon oppa ne sera pas d'accord uwu. Hannn est ce gif sérieux *Q* comment ne pas baver.

Je te souhaite la bienvenue parmi nous petit dracun. Si tu as la moindre question n'hésite surtout pas à venir demander de l'aide auprès du staff. On sera là pour te secourir. Heros 

J'ai hâte de lire ta fiche et voir ce que tu vas faire de ton personnage.

* À l'impression d'avoir oublié quelque chose * Hmmmm... Ah ouiiiii. Tien une guimauve de bienvenue. *lui donne une guimauve blanche*

Sur ce FIGHTING !!!!

Milk 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Moon Jae Hyo

♦ Avatar : Ho Jun Yeon
Messages : 60
Moon Jae Hyo

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 16:44

Héhé *w*... encore un Dracun ♥

Bienvenue cher-nouveau-compatriote et courage pour ta fiche :3 ♥ !

Mon dieu, les paroles sur ton vava *////* ... Burial Applicant >///o///< ♥♥♥ ? Je t'aime déjà o/ !! *essaye de s'empêcher de péter une durite o_o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 16:54

Merci à vous tous Lama Jump 

Oui mon Tao c'est le meilleur, pas touche grr é-è

Jae Hyo, oui c'est bien les paroles de The Gazette o/
Qui est disons le mon groupe préféré o/

Caractère posté, pour ceux que ça intéresse ~
Revenir en haut Aller en bas

Moon Jae Hyo

♦ Avatar : Ho Jun Yeon
Messages : 60
Moon Jae Hyo

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 17:45

Bon bah je t'aime définitivement alors *0* ♥

(J'aime beaucoup ton caractère au passage ^-^ ~ réserve moi un lien à l'occasion :3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yeo Na Yoon

♦ Avatar : Kim HyunA
Messages : 145
Yeo Na Yoon

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 17:52

J'étais fan de visu aussi... owo
Enfin maintenant plus de trop, mais bon le seul groupe que j'aime encore c'est bien The Gazette. OMG Reita *Q* .

Sinon j'aime bien la manière dont tu as écrit le caractère de ton personnage, j'ai l'impression qu'en lisant ça sonne comme une musique. Si si c'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Mori Kaiko

♦ Avatar : Kazuya Kamenashi (KAT-TUN)
Messages : 240
Mori Kaiko

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 18:26

O_O
...
*ventile*
OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG OMG TAOOOOOOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!!! *bouche grande ouverte et yeux qui pétillent et saute sur Lee Wei* OMG QUE JE T'AIMEUH QUE JE T'AIME ! *s'envole plus loin*

Bref, soyons sérieuse...envraij'aipascrié,j'aipresqueplusdevoix,jem'économise*sobs* Donc. BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUE Twilight food *dead* Quelle bonne surprise OMFG ;w;

Fight' pour la suite de ta fichouille, nous faudra un lien delamortquitueetmêmeplus parce que Tao, quoi (mêmesiKrisestunpeumieuxjel'aaaaaaiiiiiiiime*O*) et si t'as b'soin d'aide ma boîte à MP est méga grande ouverte *.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fushigidaigaku.forumactif.org/
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 1 Déc - 22:14

Encore une fois, merci ~ Ballon 

Na Yoo... tu n'as pas le droit de toucher à Reita, il est comment dire ... à moi (aussi) *-* ♥️

Content que le début de ma fiche vous plaise Coin Coin 

Revenir en haut Aller en bas

Kim Min Ho

♦ Avatar : Park Hyung Seok
Messages : 62
Kim Min Ho

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Mar 3 Déc - 14:24

Bienvenue petit panda !! Ballon ♥️♥️

Tao l'est trop sexeeyy **♥


Dernière édition par Kim Min Ho le Ven 6 Déc - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Mar 3 Déc - 15:40

Bienvenue!!!!! Tao l'est trop sekshi ♥️

Amuse toi bien parmi nous Ballon Coin Coin !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Mar 3 Déc - 19:18

Hyung Seok !!! OMG OMG OMG Kiss Twilight food 

umumum ...

Merci o/

Et Mercià toi Jea Won,
Oui Tao vend du rêve, popopopopop ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Choi Eun Gyeol

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Mer 4 Déc - 17:55

Bienvenue à toi un peu en retard
Fighting pour finir ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Jeu 5 Déc - 23:26

Daehyun ♥

Merci merci ~

Petite information, ma fiche sera certainement entièrement posté ce week-end,
Fighting !
Revenir en haut Aller en bas

Yeo Na Yoon

♦ Avatar : Kim HyunA
Messages : 145
Yeo Na Yoon

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 8 Déc - 13:27

D'accord ! Dit nous quand tu auras finis alors :D.

Party 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 8 Déc - 18:04

Voili voilou ~

Fiche terminée YAY! 
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Choi Eun Gyeol

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   Dim 8 Déc - 18:10


Félicitations !

Soit le bienvenu parmi nous ! Ta démarche a été correcte et tu es désormais un bon (ou pas) citoyen de Suwon ! Tu peux désormais RP sur Bloody Empire comme bon te semble mais avant il te reste quelques petites choses à faire.

Parce qu’un citoyen ne peut pas RP tout seul (on n’est pas schizophrènes), il te faudra faire une fiche de relations et parce qu’à Suwon on ne dort pas dans des cartons, tu peux aussi réclamer un logement dans la ville.

N’hésites pas à venir t’amuser et parler avec du monde dans le flood et sur la chatbox !




Encore bienvenue à toi, nouveau Dracun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.   

Revenir en haut Aller en bas
 

LEE WEI △▼ Put myself away, go somewhere in my head, where I felt less weird.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» 08. Going out of my head !
» GUY PHILIPPE AVWE KE ATAK YO PA T MONTAJ
» nasty&penny ϟ “the girls are so weird!”
» 08. Heads will roll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY EMPIRE :: Hors RPG :: Corbeille :: Présentation&Lien-