AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 LE PARC (16/16)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: LE PARC (16/16)   Ven 6 Déc - 19:10

Enfin fini après tellement d'attente, pardon à celles qui l'on attendu

Please open yours eyes
Once again I break you the heart



CHAPITRE 14

(POV N)
Quittant Ken, je m’étais rendu dans la salle principale où se trouvaient Hyukkie et Hongbinnie. Ils étaient en train de jouer sur leur tablette et téléphone. Je ne voulais pas les déranger alors tournant la tête, je suis parti à la recherche de Ravi. Je le trouvais près de la machine à laver, allant alors à sa rencontre, je me suis demandé ce que je pourrai bien lui dire. Faisant comme-ci j’allais prendre ou chercher quelque chose, j’attendais qu’il débute la conversation de lui-même. Mais il ne le fit pas, et s’en alla simplement. Il ne semblait même pas m’avoir vu. J’étais surpris et je me suis dit qu’il m’en voulait peut-être pour quelque chose. Me retournant pour partir et le suivre, je m’arrête finalement en voyant Taekwoon arrivait dans ma direction. Je me demande bien ce qui a pu lui arriver pour qu’il arbore une expression pareille. Et puis, je ne l’avais pas vu entrer dans la chambre occupée par Ken pour le moment, mais à mon avis, ils avaient dû avoir une discussion tous les deux. Il me regarda enfin, continuant ma route, le cœur battant à vive allure suite au souvenir d’un peu plus tôt, Taekwoon passe finalement à côté de moi. Étais-je devenu invisible ? Voulait-il mettre de la distance parce qu’il avait failli déraper un peu plus tôt ? À ce moment-là, le jeune homme se posait énormément de question. Et puis le fait que Ken l’avait embrouillé n’arrangeait rien à ses affaires.

Je m’apprêtais donc à me détourner de lui pour suivre la personne qui était à côté de moi, il y a quelques secondes de cela. Cependant, je fus arrêtais dans mon geste par un poids qui m’entraina avec lui dans sa chute. Alertés par le bruit, les autres membres se retrouvèrent autour de nous, pour relever le corps de notre lion et me permettre de me libérer. Tirant notre ami jusqu’à la chambre, on l’installa. Son corps semblait pris de légers tremblements, et il était en sueur. Rapprochant mon front du sien, je pus constater qu’il commençait à être chaud. Devrais-je en être étonné ? Cet imbécile ne s’était pas séché les cheveux et à chaque fois qu’il prenait l’eau et qu’il ne faisait rien pour se réchauffer, il tombait malade. Bon pour une fois, c’était de ma faute, mais bon, je ne l’avais pas obligé à me suivre non plus. Enfin. Me retournant vers les autres, chacun savait ce qu’il avait à faire. Après tout ce n’était pas la première fois que ce genre de situation arrivait. On avait appris à force à le soigner nous-même. Pour ne pas avoir à déranger le manager, surtout si ce dont il avait besoin c’était du repos. On quittait tous la chambre pour le laisser se reposer, moi, je partis en direction de la salle d’eau pour lui prendre une serviette. Serviette que j’imbibais d’eau froide pour la poser sur son front. M’affalant contre le mur derrière moi, je me suis mis à réfléchir. J’avais tellement de questions à poser à Taekwoon, tellement de points que j’aimerais éclaircir. Et quand j’en avais le plus besoin, celui-ci m’ignorer et pire encore, il avait trouvé le moyen de tomber malade. Me prenant finalement la tête dans les mains, je me suis endormi. Mes nombreuses larmes des dernières heures avaient eu raison de moi.



    - N-hyung ?
    - … hum … je me réveille doucement à l’entente de mon prénom et de la main qui tapait doucement mon épaule.
    - Tu devrais venir manger un peu, Leo hyung dort encore, on a changeait sa serviette, et la fièvre semble avoir baissé alors ça ira.
    - Hum, j’arrive. Répondis-je à Hyuk qui était venu me voir.


Jetant un dernier coup d’œil à Taekwoon, je me relevais et partis rejoindre les autres. Espérons qu’il ne m’en voudra pas trop cette fois d’être à l’origine de son état. J’essayai de me détendre avec les autres membres du groupe, mais malheureusement, même si je savais que ce n’était pas grand-chose dont souffrait Leo, je ne pouvais qu’être inquiet. Je fis tout de même tout mon possible pour ne rien montrer aux autres, mais croisant le regard de Jaehwan qui semblait s’amuser de la situation, je me dis qu’il avait dû se rendre compte. Ce garçon aura ma mort à force de réagir de cette manière. Je ne sais pas pourquoi, mais tout en moi me disait que je devrais me méfier de lui. Oui, il y avait quelque chose qui n’allait pas, et il en savait plus que ce qu’il me montrait. Devrais-je l’interroger ? Surement, cependant, je n’en avais aucunement l’envi pour le moment. Tout ce que je voulais, c’était me reposer.

Deux jours, cela faisait deux jours que cet imbécile ne s’était pas réveillé. Alors autant dire que j’étais plus qu’inquiet. On a dû faire venir un médecin. Notre leader vocal avait attrapé froid, et apparemment, un mauvais froid, qui avec le stress ou les soucis qu’il rencontrait s’était accentué. C’est pour cela qu’il n’était toujours pas réveillé. Il fallait qu’il se calme, qu’il guérisse et que son conscient lui fasse comprendre que tout allait bien. Je restais donc la plupart du temps à côté de lui, guettant le moindre signe de réveil. Le moindre geste de sa part. Et à part sa respiration, rien n’était perceptible. Je pus, heureusement, pendant ces deux jours avoir une discussion avec Ken. Je n’arrivais pas à rester tranquille, le fait qu’il restait et me regardait d’une manière étrange était venu à bout de ma curiosité. Alors un après-midi, alors que les gosses étaient de sortie, je l’avais enfermé dans une pièce pour avoir une discussion avec lui. Discussion qui fut plus que surprenant pour moi. Je me doutais bien que Jaehwan se doutait que j’aimais Leo. Je ne devrais même pas en être surpris. Il me raconta qu’il avait fait exprès d’envoyer Taekwoon me retrouvait ce jour-là. Il me raconta qu’il avait eu une conversation très intéressante avec l’autre chanteur. Et qu’il était surement responsable de l’état de Leo. Qu’il n’avait pas été très discret avec celui-ci et qu’à cause de lui l’autre était devenu préoccupé par ses paroles. Je ne comprenais pas vraiment où il voulait en venir. Je ne voyais pas ce qu’il aurait pu lui dire qui le mette dans cet état. Voyant ma tête et mon air de plus en plus inquiet, il m’exposa ses impressions. Je ne vais pas le cacher, je lui ai ri à la figure lorsqu’il m’avoua qu’il pensait que mes sentiments étaient réciproques. C’était bête parce que j’y avais pensé moi-même, mais je m’étais vite dit que ça ne pouvait être possible. Je le connaissais trop bien pour me dire que cela pouvait être possible, alors j’avais mis cette idée au fond dans un coin de ma tête. Mais je devais avouer que le fait que Jaehwan remette cela sur le tapis, me faisait douter de mes propres convictions à ce sujet.

Repensant à cela, je m’étais posé près de Taekwoon. Attendant encore qu’il ouvre ses yeux. C’est fou comme son regard sur moi ou son regard tout court pouvait me manquer. Je semblais moi-même être ailleurs lorsque je le savais si près, mais si loin parce qu’inconscient. Les autres semblaient comprendre mon malaise, la plupart du temps, quelqu’un venait me tenir compagnie pour me changer les idées. Mais c’était déjà le troisième jour aujourd’hui et on ne pouvait pas repousser éternellement les entrainements, alors ils étaient partis à la salle d’entrainement aujourd’hui, me laissant seul avec le malade.

(POV LEO)
Mon corps me faisait extrêmement mal, et j’avais l’impression d’être engourdi de tous les côtés. J’ouvris les yeux, mais les refermais tout aussi tôt. La lumière, trop vive, me brûlait les yeux. J’essayai tout de même de retenter l’expérience, un peu moins brutalement cette fois-ci, et j’y arrivais au bout de la quatrième tentative. Regardant autour de moi, je constatais qu’une seule personne se trouvait dans la pièce. Et pas n’importe laquelle. La personne qui semblait occuper un peu trop mes pensées en ce moment. Je le regardais alors, les yeux ouverts légèrement, il ne semblait pas avoir remarqué mon réveil. Son regard perdu dans le vide, il paraissait entièrement pris par ses pensées. J’essayai alors de me relever pour le faire réagir et cela ne manqua pas.



    - Reste allongé imbécile ! Enfin…
    - Je me doutais que tu allais réagir … ma voix rauque me fit un peu peur, je le regardai alors pour qu’il me donne une explication. Le silence qui régnait dans l’appartement me semblait bizarre.
    - Tu te demandes ce que tu fais encore dans le lit à cette heure ? Un regard et il semble comprendre. Disons que cela fait environ 2 jours que tu es dans une sorte de coma réparateur. Tu te rappelles quand tu es venu me chercher, tu as pris l’eau par ma faute. Alors je te laisse deviner la suite.
    - J’ai été malade pendant ces deux derniers jours, dans le coma et tu es resté là ?
    - C’est un bon résumé. Je le vis se lever et s’éloigner. Il revint cependant rapidement avec un verre d’eau. Tiens, ça te fera du bien.


Prenant le verre de ces mains, je bus lentement et me rendis compte qu’effectivement cela me faisait énormément de bien. Tout en buvant mon regard resta sur Hakyeon, une nouvelle fois, il semblait être parti ailleurs. Je le regardai alors et attendis qu’il reprenne la parole. Mais il ne le faisait pas, sa tête se tournait simplement vers moi. Il sourit. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je lui rendis son sourire, avant de baisser la tête, n’étant pas tellement habitué encore à montrer des expressions sur mon visage. Je sentis alors des bras m’enlaçait. Relevant la tête, je tombais dans le regard de Hakyeon. Ses yeux étaient embués de larme, et je ne compris pas trop ce qui lui prenait.



    - Je suis désolé.
    - Désolé ?
    - Oui, c’est à cause de moi tout ce qui t’arrive. La pluie, les ennuis. Tout, tout est de ma faute.
    - Arrête de raconter n’importe quoi. Et puis pourquoi tu pleures ?
    - J’étais tellement inquiet ces derniers jours, j’ai tout emmagasiné. Ça devait juste sortir, je pense.


J’étais touché par ses mots, il avait tendance à tout prendre à cœur et de toujours penser que tout était de sa faute. Il n’était pas entièrement fautif dans toute cette histoire. Si on devrait bien regarder Jaehwan et moi-même, on est tout aussi fautif. Je lui souris pour la deuxième fois depuis mon réveil, espérons simplement que ça ne devienne pas une habitude. Je le pris dans mes bras pour le réconforter. Lui faisant des légères caresses dans le dos. Encore une fois, je ne me rendais pas compte de ce que mon geste pouvait avoir comme impact pour lui. Mais pour tout dire, je commençais à m’en foutre totalement. J’avais l’impression de devoir calculer tout ce que je devais faire, de faire attention à tout et je détestais ça. Je ne pourrai pas vivre comme ça. Et puis, la conversation que j’ai eue avec Jaehwan me revint en tête. Sa conclusion plus particulièrement. Avait-il raison ? Je pensais que j’allais devoir ravoir une discussion avec lui. D’ailleurs en parlant de la dites personne, elle fit son apparition. Lâchant Hakyeon, je lui demandais gentiment s’il pouvait me préparer de quoi manger. Il se relevait et me sourit, se retournant, il vit Jaehwan et sembla surpris mais s’en alla quand même.

Il n’en fallut pas plus à l’autre jeune homme pour s’avancer un peu plus dans la pièce. Il s’assit en face de moi. Je ne savais pas tellement comment je pourrais débuter la discussion. Enfin, il ne fallait pas trop trainer parce qu’Hakyeon risquait d’arriver bien rapidement. Bien qu’il prenne plus de temps que la moyenne pour faire à manger, vu que ce n’était que pour moi, ça allait être plutôt rapide. Regardant une nouvelle fois Jaehwan, je finis par baisser la tête, jetant un œil sur le verre d’eau non terminé. Je le pris et avala tout d’une traite, avant de regarder de nouveau mon ami. J’attendais qu’il prenne la parole, mais il ne le fit pas et l’on perdait du temps à attendre. Un temps énorme qui pourrait couper court à la conversation que je voulais tenir avec lui. Attendant encore mais voyant qu’il ne réagissait toujours pas, je pris l’initiative d’engager la conversation.



    - J’imagine que tu te doutes de pourquoi j’ai demandé à Hakyeon d’aller me prendre quelque chose à manger.
    - Eh bien, je doute fort que tu l’as fait parce que tu aimes te retrouver seul avec moi. Tu dois surement vouloir des explications par rapport à ce que je t’ai dit la dernière fois.
    - Hum. Fut la seule réponse qu’il obtint de moi.
    - Je ne vais pas mentir Hyung. Je crois toujours en ce que j’ai dit. Et je suis sûr que tu t’en rendras compte toi-même au bout d’un moment.
    - Mais tu te trompes. Comprends bien Jaehwan que j’aime énormément Hakyeon, mais je l’aime comme je vous aime vous. Et il est mon meilleur ami alors j’aime prendre soin de lui. J’ai été embrouillé par tout ce qui s’est passé ces derniers jours mais c’est tout. Je ne pourrai jamais, tu m’entends, jamais répondre à ses sentiments.
    - ……
    - Tu n’as rien d’autre à ajouter ?
    - Arrête de te mentir à toi-même hyung. Tu as simplement peur, peur de ce qui pourrait arriver si tu acceptais enfin tes sentiments. Mais vois-tu hyung, je pense que tu l’aime depuis plus longtemps que tu ne le crois. J’y ai repensé pendant ces deux jours, j’ai repensé à vous deux, à votre complicité. Tout était là devant mes yeux, les votre mais vous n’avez pas été capable de vous en rendre compte. Tu pourras dire ce que tu voudras mais je sais, et c’est avec certitude que je le dis, mais tu l’aime.


Je le regardais, un peu colérique. Au fond de moi, quelque chose me disait qu’il avait parfaitement raison. Mais je ne pouvais me permettre d’accepter cela. Je ne voulais pas que les choses changent entre nous, je ne voulais pas que les autres nous trouvent bizarre Hakyeon et moi. Pourtant je savais qu’ils étaient ouverts d’esprit et qu’ils n’avaient apparemment aucun problème avec tout cela. Mais je ne pouvais m’empêcher de me dire que tout cela n’était qu’un mauvais rêve. Comment tout cela avait-t-il pu arriver ? Comment avais-je pu succomber ?  Ce n’était pas moi et ça ne pourra jamais être moi. Alors oui, je n’accepterai pas ces sentiments que j’ai. Parce que je ne le pouvais pas. Ce n’était pas moi. Et sans m’en rendre compte, je pensais bien que j’ai murmuré en même temps que j’y pensais et en voyant le sourire de Jaehwan, je me dis, qu’il me cachait encore quelque chose. Je n’eux cependant pas le temps de lui poser la question qu’Hakyeon fit son retour.



    - Voilà voilà, j’espère que ça t’ira. Bon je pars un instant, Ken je te laisse notre malade.


Nous n’avions le temps de ne rien dire, il était déjà parti, et en un rien de temps on entendit la porte s’ouvrir et claquer. Pourquoi avait-il réagit de cette manière ? C’était-il passé quelque chose ?



    - Vois-tu je pense que N hyung a entendu tout ce que tu as dit.
    - Comment peux-tu le savoir ?
    - La douleur dans son regard. Tu l’as blessé sans le vouloir. En rejetant tes sentiments, tu le rejette lui. Hyung tu sais bien que l’on ne dira rien, qu’on ne vous rejettera pas, même si tu lui avoue l’aimer en retour. Mais ce que je ne comprends pas c’est que tu te refuses cela ? Mais de quoi as-tu peur ? Pourquoi ? Aide-moi à te comprendre.
    - Tu te rends compte n’est-ce-pas, tout changera si j’agis comme tu le veux. Tu le sais, n’est-ce-pas que plus rien ne sera pareil.
    - En quoi ? Dis le moi ? Vous avez toujours été proche, vous cherchant sans arrêt. Ce ne sera pas bien différent. La seule chose qui changera sera votre attitude lorsque l’on sera entre nous. C’est ça qui te pose problème ?


Je ne trouvais rien à dire, je ne voyais pas ce que je pouvais répondre. Oui, il m’avait bien eu pour une fois. Je pris alors l’assiette que m’avait ramené Hakyeon et mangea, mettant fin à la conversation. Jaehwan savait de toute manière qu’il avait raison, et que je me cherchais des excuses. Mais n’était-ce pas normal ? J’avais passé tellement de temps avec mon meilleur ami, ne voyant en lui qu’un ami. Et qu’on me fasse rendre compte que je l’aimais comme lui m’aimait, désolé mais c’était bien trop pour moi. Comment pourrais-je accepter ? Était-ce si facile à faire ?




I don't want to see you again
But I love you!



CHAPITRE 15

(POV N)
Il était enfin réveillé et je ne pouvais pas m’empêcher d’être extrêmement soulagé. J’en pleurais de joie et le lui montrais d’ailleurs. Bon, je ne me gênais pas pour me rapprocher de lui au maximum et le prendre dans mes bras. Cela m’avait manqué de ne pas pouvoir le toucher, de ne pas pouvoir plonger mon regard dans le sien. J’étais tellement heureux à l’instant. Je m’excusais et m’occupais de lui. Comme je le faisais toujours lorsqu’il était malade. Il ne me vint même pas à l’idée de prévenir les autres de son réveil. Après tout, je voulais encore profiter de sa présence, de notre petit tête à tête. Mais bon, le destin ne m’aime pas. Ken fit son entrée. Je ne savais pas pourquoi Taekwoon me demanda d’aller lui faire à manger, surtout qu’il n’aimait pas tellement ce que je lui préparais, juste à l’arrivé du plus jeune. Mais je ne voulais pas montrer mon intérêt pour la chose, ni ma jalousie alors je souris et me leva pour quitter la pièce. Dans un sens cela me paraissait suspect et me rendais triste. Ce n’était pas la première fois que c’est deux-là se retrouvaient seul pour parler en tête à tête. Je ne savais pas ce qu’ils pouvaient se dire. Je sais aussi que Ken ne ferait jamais rien pour me faire du mal, mais je ne pouvais m’empêcher d’être curieux.

Je préparais rapidement quelque chose à manger à Taekwoon, quelque chose de consistant, mais quand même facile à manger et retourna à la chambre. Ce fut vite expédié, heureusement pour moi que quelqu’un avait déjà tout préparé et laisser au frais au cas où il se réveillerait. Près de la porte, je pouvais aisément entendre ce qu’il se disait. Je voulais avancer et faire remarquer ma présence. Mais la curiosité prenant le pas sur ma raison, j’écoutais ce qu’il se disait. Lorsque j’entendis les mots de Taekwoon, mon cœur sembla s’arrêter de battre. Il venait de me le briser, et j’avais l’impression que mes jambes n’allaient plus me porter. Je ne voyais plus très bien et je n’entendais plus très bien non plus. Je ne fis pas cas de ce que racontait Jaehwan, je voulais simplement donner ce que j’avais dans ma main pour fuir cette maison. J’entrai dans la pièce, déposer le plat et trouva une excuse bidon pour partir le plus vite possible.

J’avais besoin de prendre l’air, je devais m’éloigner de la maison et aussi de ce satané parc. Je ne voulais pas y retourner, parce qu’à tous les coups si quelqu’un venait pour me chercher, il me trouverait là-bas et je ne le voulais pas du tout. J’avais mal. Terriblement mal. C’était vraiment bête quand on y repensait. Depuis le début, je le savais. Tout était vain, je savais qu’il ne pourrait jamais me retourner mes sentiments, je voulais me faire une raison. Mais ses agissements envers moi, portant tout à confusion. Il pouvait être très doux, se rapprocher de moi, me faisant croire qu’il ressentait quelque chose. Mais au final non, tout n’était que mon imagination. Ce n’était que mon cerveau malade qui me faisait croire qu’il m’aimait en retour et le retour à la réalité était vraiment violent et blessant. Je continuais donc à marcher, me demandant où je pourrais aller. Et finalement un seul endroit me vint en tête, un seul endroit qui aurait le don de me faire penser à autre chose. J’arrivais rapidement devant la salle d’entrainement de l’agence. Les garçons devaient encore y être normalement, mais je n’avais pas tellement envie de leur parler. Voyant un employé à l’accueil, je lui demandai si les autres membres du groupe étaient encore là. Il m’annonça qu’ils venaient à peine de sortir, accompagné du manager, pour manger un morceau. C’était plutôt une chance pour moi. Je savais qu’ils ne reviendraient pas. Étant donné que Taekwoon, n’était pas très bien, notre temps d’entrainement avait été réduit, mais cela allait rapidement changer lorsqu’il serait de nouveau sur pied. Enfin, je ne voulais pas y penser. J’entrais et déposa ma veste, enlevant mes chaussures pour ne rester qu’en chaussette. La musique jouait déjà à fond et je fermais les yeux. Chaque son m’emportait un peu plus loin, je me laissais bercer par la musique, je me laissais aller au rythme. Plus rien ne comptais autour, je dansais les yeux fermés, plongé dans mon monde. Je me sentais mieux, je me sentais libre de tout problème. Mes pensées se vidaient, tout s’en aller me laissant tranquillement dans mon coin, tranquille avec moi-même.

Je ne savais plus depuis combien de temps, je dansais comme cela. Je savais simplement que mes jambes commençaient à faiblir et elles finirent par lâcher, ne pouvant plus supporter mon poids. Je tombais alors mollement sur le sol, la réception fit un peu mal. Mais je ne voulais pas faire attention à cette douleur, car elle était moins douloureuse que celle de mon cœur. Levant les yeux sur le miroir, je constatais que des larmes coulaient toujours. J’avais passé mon temps à pleurer même en arrivant ici. C’était fou, je ne m’en étais même pas rendu compte. La sonnerie de mon téléphone me ramena sur terre. Je n’avais pas tellement envie de répondre, mais je devais tout de même le faire. Rampant alors jusqu’à mon sac, que j’avais balancé de l’autre côté de la pièce, je pris pour constater que c’était Ken qui m’appelait. D’ailleurs c’était au moins la cinquième fois qu’il le faisait. Je ne répondis pas à l’appel, j’attendis simplement. Il allait bien finir par se fatiguer non. Je finis par me lever, mais peut-être un peu trop précipitamment, puisque ma vision se troubla. Et ce fut le trou noir.

Quand je revins à moi, je sentis une serviette froide sur mon visage. Je l’enlevai malgré mes muscles endormis qui ne me permettait pas de bouger facilement. J’avais l’impression d’être passé sous une voiture.



    - Ça va mieux ? Je n’osais pas lever les yeux vers la voix que j’entendais. Je pourrais reconnaitre cette voix entre mille. Tu as perdu ta langue ?
    - Que…que fais-tu ici ?
    - On a essayé de te joindre mais impossible de t’avoir. J’ai demandé aux garçons de rester à la maison et de continuer de t’appeler.
    - Pourquoi ?
    - Je voulais te retrouver.
    - Cela aurait été plus simple de vous disperser, enfin c’est ce que je pense. Il s’approchait de moi. Je m’étais mis en position assis et tenait toujours la serviette dans mes mains.
    - Je te connais bien trop Hakyeon. Je savais qu’il n’y avait que deux endroits où tu pouvais te trouver. Le parc et ici.
    - … effectivement, il me connaissait un peu trop. Cela me faisait même un peu peur. Pourquoi ne pas envoyer quelqu’un d’autre. Tu viens à peine de te réveiller, cela n’aurait pas été mieux d’envoyer quelqu’un en meilleur forme ?
    - Je voulais que ce soit moi, c’est tout. Et puis en arrivant ici, je t’ai trouvé étalé de tout ton long sur le sol. Je pensais que tu dormais mais vu la position j’ai penché pour une autre solution. Ne vas-tu jamais retenir la leçon ? Tu sais bien que tu dois t’hydrater, prendre des pauses et ne pas faire de mouvements trop brusque lorsque tu te dépense autant en danse.


J’avais baissé la tête. Pourquoi il était là, pourquoi continuait-il à s’inquiéter pour moi ? Ok, il me voyait toujours comme son meilleur ami, mais ne voyait-il pas que cela me faisait du mal qu’il soit proche de moi ? Surtout après ce qu’il avait dit à Jaehwan. Je devais mettre les choses aux clairs.


    - Taekwoon, j’aimerais qu’on évite de se parler et de se retrouver seul à seul en ce moment. Essai de me comprendre, je … je me sens mal quand tu es aussi proche alors, je ne veux essayer de faire la part des choses avant de reprendre comme avant.


Je ne le laissais pas le temps de répondre, je me relevais, tanguant un peu. Je pris mes affaires et me dirigea vers la sortie.

(POV LEO)

Hakyeon était parti et je m’étais plongé dans le silence. Je n’osais plus rien dire à Jaehwan. Si Jaehwan avait raison et qu’il avait entendu ce que j’avais dit, il devait être anéanti. Je ne savais pas ce que ça faisait de se faire briser le cœur, mais cela avait dû lui faire cet effet-là. Jusque-là, je ne l’avais pas entièrement rejeté,  mais avec ces simples mots, c’était fait. Une boule commença à se former dans ma gorge, je me sentais de plus en plus mal. Je regardais Jaehwan qui n’avait toujours pas bougé de là où il était. Il gardait un regard noir sur moi, il semblait m’en vouloir et au fond c’était compréhensif, je méritais la colère qu’il ressentait. Depuis le départ de notre leader, j’étais plongé dans mes pensées. J’avais réfléchis aux paroles de Jaehwan, j’avais essayé de mettre de l’ordre dans ma tête, dans mes pensées.



    - Tu penses que j’ai fait une bêtise n’est-ce-pas ? Tu penses que je devrais regretter mes mots ?
    - Si tu le sais, pourquoi tu me pose la question ? Hyung, je t’aime énormément, mais tu as vraiment été bête sur ce coup-là. Hyung, tu ne t’ais pas rendu compte depuis le début que le simple fait de ne pas être écœuré par le fait qu’il t’aime, était bizarre. Surtout te connaissant.  Cela aurait été une autre personne que lui, tu aurais surement pris tellement de distance avec la personne qu’elle aurait fini par faire une croix sur toi.
    - Tu as raison. Mais comment aurais-je pu le savoir ? Je n’ai jamais pensé à lui de cette façon. Je suis tout embrouillé et je ne sais plus quoi pensé là.
    - Arrête de penser et agis.


Encore une fois, je devais avouer qu’il avait raison. Je lui demandais alors de me prêter son téléphone pour essayer de joindre notre leader. Si je devais appeler avec le mien, j’étais presque sûr qu’il allait me rejeter alors autant mettre toutes les chances de mon côté. Malheureusement, après trois tentatives, je devais avouer qu’il ne voulait peut-être pas répondre. Je me levais donc, pour retomber bien vite. Jaehwan voulut me venir en aide, mais je lui lançais un regard noir pour qu’il comprenne que je ne voulais pas d’aide. Je me relevais alors une nouvelle fois, cette fois-ci, je tenais parfaitement debout. J’allais donc dans la salle de bain pour prendre une douche. Je me changeais après et essaya d’appeler une nouvelle fois le téléphone d’Hakyeon. Toujours aucune réponse. Je rejoignais les autres qui étaient tous assis dans le salon. Ils semblaient tous plongé dans leur pensée, je ne savais pas vraiment quoi faire pour attirer leur attention, je pris simplement place en face d’eux.



    - Taekwoon hyung, Jaehwan nous a tout raconté, fit Wonsik
    - Je n’en attendais pas moins de lui.
    - Bon, on ne va pas te mentir, on ne s’attendait pas du tout à ça. Mais vu comment c’était exposé, on se rend compte finalement que c’était évident.
    - Ça ne risque pas de me servir à grand-chose, il ne répond à aucun appel.
    - Pourquoi ne pas essayer de le retrouver ? On pourrait se disperser pour avoir plus de chance.
    - Non !
    - …
    - Je veux le retrouver seul, on doit avoir une discussion.
    - Tu sais où chercher ?
    - Jaehwan, il s’agit de mon meilleur ami, bien sûr que je le sais.
    - Mais tu es sûr de te sentir assez bien pour y aller tout seul.


Je ne répondais pas à sa question, je me préparais simplement à sortir et parti. Je me rendis tout d’abord à l’endroit le plus près, même si j’étais quasiment sûr que ce n’est pas ici qu’il se trouvait. Le parc était effectivement vide,  mais c’était quand même bien de venir vérifier. Je pris le chemin inverse, et me rendis vers notre salle d’entrainement. Je m’inclinais devant la personne qui se trouvait à l’accueil et me rendit à la salle de danse. Je poussais les portes et me précipita sur le corps immobile d’Hakyeon. Il respirait toujours et je pus moi-même reprendre une respiration normale. Il m’avait fichu une de ces trouilles. Enfin, me relevant je pris sa serviette pour l’humidifier. Une fois fait, je revenais vers lui pour la poser sur son visage. Il transpirait énormément, surement à cause de l’effort. Je le connaissais assez pour savoir qu’il avait dû se dépenser en danse, et résultat, il s’était écroulé de fatigue. Il aurait surement une belle bosse. Je m’éloignai un peu pour appuyer mon dos contre la glace. Attendant patiemment qu’il ouvre les yeux.  Ce qui ne tarda pas. Il sembla surpris de me voir lorsqu’il se rendit compte que j’étais là. Mais ça ne devrait pas autant le surprendre, après tout, j’étais le seul qui le connaissait assez pour savoir qu’il serait forcément ici. Je continuais de parler, essayant de ne pas faire référence à mes propos de plus tôt, je ne voulais pas qu’il se referme tout de suite. Mais je ne pus cependant pas m’empêcher de le sermonner. Je n’aimais pas quand il s’écroulait de cette manière, un jour, il finirait par se faire vraiment du mal et je ne pourrais rien pour lui.  Enfin, il ne semblait pas vraiment très loquace pour une fois, et même il me fit peur lorsqu’il s’était relevé.



    - Hakyeon, si c’est pour ce que j’ai dit à Jaehwan, ne le fait pas. Oublie simplement ce que j’ai dit.
    - Pourquoi le devrais-je. Tu as été clair dans tes propos, tu ne m’aimeras jamais en retour comme je t’aime. Mais tu vas continuer de t’inquiéter, de t’occuper de moi parce que je suis ton meilleur ami. Mais je ne veux pas. Quand tu es proche de moi de cette manière, tout est ambigu. Je vois, ou plutôt crois, en des choses qui n’ont pas lieux d’être. Et j’en ai marre de souffrir et de devoir le cacher. Je préfère souffrir une fois et mettre tout cela de côté.
    - Laisse-moi au moins en placer une.
    - Non, la discussion est close, je ne veux plus en parler. Il s’éloignait, et je ne pouvais rien faire pour l’empêcher, la manière forte ne m’apporterait rien de bon.
    - Hakyeon, je t’en supplie ne me laisse pas. Je…je t’aime…enfin pas comme un meilleur ami, mais vraiment. Jaehwan m’a ouvert les yeux, j’essayai de me voiler la face. Mais je t’aime.


Je n’en revenais pas moi-même de l’avoir dit. Deux fois en plus. Pour lui ça avait été plus simple, je l’avais lu sur une feuille de papier. Mais le dire en vrai à la personne concerné était vraiment stressant, plus que la première fois où j’ai dû monter sur scène. Enfin, je ne savais pas s’il m’écoutait, et dans le cas contraire, je ne savais pas si je serais capable de le redire une fois de plus. Il était toujours dos à moi mais ne bougeait pas, son corps fut pris de tremblements, mais je ne bougeais pas. Je ne savais pas quoi faire, j’étais aussi terrifié. Son silence me faisait peur, et pourtant il y a très peu de chose qui puisse me faire peur.



    - Ne te fous pas de moi. On est meilleur ami, Ok. Tu ne veux pas me perdre, Ok. Mais n’essaie pas de me faire croire à quelque chose de faux. C’est vraiment cruel, je ne te croyais pas capable d’une telle chose.
    - Tu penses vraiment que je serais capable d’être aussi fourbe. De préférer te faire souffrir pour te garder à côté de moi ? Hakyeon, tout ce que je dis, est vrai. Si tu as entendu la discussion que je tenais avec Jaehwan, tu as dû entendre ses suppositions, non ? Tu sais qu’il avait des doutes.
    - Je n’ai pas tout entendu, juste toi. Toi, tu m’entends. Je n’ai qu’entendu le moment où tu disais que jamais tu ne me retournerais mes sentiments. Alors pourquoi devrais-je te croire ? Les larmes dévalaient ses joues, et je m’en voulais. Je ne savais pas quoi faire pour les arrêter. J’avais mal, mal qu’il pleure à cause de moi. Mal parce qu’il ne voulait pas me croire.
    - Hakyeon, je t’en supplie. Je ne mens pas. Tu sais que je ne le peux pas, que je n’y arrive pas avec toi.
    - C’est trop tard, trop tard. Taekwoon, tu m’as fait trop mal. Je ne veux plus souffrir à cause de ce que je ressens pour toi. Si tu ne veux pas accepter ce que je t’ai demandé, je demanderai à quitter le groupe.


Il partit et me laissa là sans même un regard vers moi. J’avais mal, très mal. Alors c’était cela que l’on ressentait lorsque quelqu’un refusait nos sentiments. J’avais l’impression de mourir de l’intérieur, que mon cœur allait exploser. J’aurais préféré ne pas me réveiller, ne pas sortir, ne pas avoir lu cette lettre, ne pas avoir discuté avec Jaehwan. D’ailleurs en parlant de lui, mon téléphone affichait en ce moment son numéro. Je décrochais alors.



    - Viens me chercher, je ne crois pas être capable de rentrer seul.
    - Hyung, qu’est-ce qui se passe ?
    - Viens simplement.


Je laissais tomber le téléphone, les larmes commencèrent à couler. Je ne pouvais rien pour les arrêter. Je n’avais jamais été aussi mal, je n’avais jamais ressenti ça et cela me faisait peur. Pourquoi est-ce que je ne m’en suis pas rendu compte plus tôt. Je me laissais tomber, glisser sur le sol. J’avais la tête qui tournait affreusement.



Forgive me, I was really stupid
Also but I cannot continue without you



CHAPITRE Final

(POV N)
J’étais parti, je ne voulais pas rester dans la pièce avec lui. Je ne savais pas s’il disait la vérité, je ne savais pas s’il mentait, mais je ne voulais simplement pas le savoir. Parce qu’encore une fois, j’allais me faire de faux espoirs. Je voyais à ses yeux qu’il était sincère, et puis c’est vrai, il n’avait jamais su mentir en me regardant droit dans les yeux. Mais je ne pouvais pas y croire. J’avais pris énormément sur moi pour ne pas retourner sur mes pas et voir comment il allait. Je quittais simplement le bâtiment et traversa la route pour prendre le chemin de la maison. Et au final j’avais bien fait de faire cela. Au bout d’un moment, je vis Ken passer en courant, en direction du studio de répétition. Pourquoi c’était toujours lui ? Enfin, je ne devais pas être jaloux une nouvelle fois, c’est moi qui avais décidé de le laisser seul. Et il avait dû l’appeler lui, pour venir lui parler. Après tout, les deux semblaient se dire de nombreuses choses, dont je n’étais même pas au courant. Moi, son meilleur ami. Je traversais de nouveau la rue et entra dans le bâtiment dans lequel se trouver notre appartement. Montant les escaliers tout doucement, j’arrivais à l’appartement et m’enfermais dans ma chambre. Je ne voulais voir et surtout ne parler à personne.

Au bout d’un quart d’heure, j’entendis quelqu’un frappait à la porte. Me relevant quand même pour voir qui c’était, je tombais sur Hyukkie. Et derrière lui, Ken faisait son entrée avec Taekwoon. Il semblait abattu, et en croisant le regarde de Ken, j’eus un peu peur. Cependant la main de Hyukkie sur mon épaule ramena mon attention sur lui. Il me souriait mais son regard était inquiet. Je lui fis que tout allait bien et que j’avais simplement besoin d’un peu de repos, mais il ne semblait pas de cet avis. Il me poussa à l’intérieur de la chambre et ferma la porte. Je ne pouvais sans doute pas échapper à la discussion.



    - Hyung, tu ne m’auras pas cette fois. Je suis sûr que Leo-hyung t’a trouvé. Vous avez dû parler et vu votre état à tous les deux, ça n’a pas du bien se passer. Alors parle-moi.
    - Tu étais aussi au courant ?
    - De quoi ?
    - De ce qu’il voulait me dire. De la raison pour laquelle il est venu me parler.
    - On l’a appris de Ken hyung après être rentré de l’entrainement.
    - Mais il ment. Je le sais.
    - Et comment tu peux le savoir ? Tu lui as laissé une chance de s’expliquer ? Tu sais que Leo Hyung n’est pas le genre à parler facilement de ces sentiments, et ce n’est pas une flèche quand il s’agit de sentiments.
    - Mais il a dit à Ken qu’il ne pouvait pas m’aimer comme je l’aime. Qu’il ne le pourrait jamais. Comment pourrais-je le croire quand il disait le contraire à peine quelques heures après.
    - Hyung, tu ne m’écoute pas ? Il ne sait pas parler de sentiments. Tu devrais le savoir mieux que quiconque. C’est ton meilleur ami.
    - Hyuk a raison Hakyeon. Et si tu étais un peu moins buté, tu t’en rendrais compte toi aussi. Réfléchis un peu. Tu penses vraiment que le simple fait d’être ton meilleur ami lui fera accepter aussi facilement ton amour pour lui ? Il n’a même pas cherché à mettre de la distance entre vous, il voulait toujours te garder près de lui malgré tout. Au fond, il t’aimait déjà mais ne savait pas ce que c’était. Tu penses qu’il serait parti à ta recherche en pleine averse, si tu n’étais pas plus important qu’un ami pour lui. Et puis, n’a-t-il pas essayé de se rapprocher de toi, de t’embrasser ce fameux jour. Je n’étais peut-être pas dans la pièce avec vous, mais les signes ne trompent pas. Alors réfléchis à tout cela, réfléchis à ce qu’il t’a dit. À tout ce qu’on te dit et tu verras que c’est toi qui maintenant est proche du bonheur cherche tout pour ne pas l’atteindre. Tu as peur de te brûler les ailes, tu as toujours eu peur.


Ken sortit de la chambre après ces brefs mots, amenant Hyuk avec lui. J’étais de nouveau seul dans la chambre. Seul avec moi-même comme il y avait de cela quelques jours. C’est fou comment les choses avaient évoluées. Et cela simplement parce que la curiosité de notre leader vocal avait fait qu’il avait découvert mon plus grand secret. Au fond, je savais qu’ils avaient tous raisons, que je voulais me cacher la vérité par peur. Peur que finalement, il se rend compte qu’il s’était trompé, peur qu’il m’abandonnera. Peur de l’inconnu aussi, je ne sais pas du tout ce que pourrais me réserver cette relation. Si on se faisait attraper, s’il lui arrivait malheur à cause de moi. J’étais tellement mort de peur maintenant que je ne savais plus quoi faire. Et cela me tuer vraiment. Cette nuit-là je ne pus pas fermer l’œil. J’avais besoin de tout remettre en ordre.

Deux semaines, cela faisait maintenant deux semaines que l’on ne s’adressait plus la parole. Je n’osais pas lui parler et lui avait pris à la lettre les mots que j’avais dit. Il m’évitait pour ne pas aggraver la situation. Devant les médias ou le manager, on faisait comme-ci de rien n’était. On agissait comme-ci on était les meilleurs amis du monde. Mais si les gens regardaient mieux, ils remarquaient que quelque chose avait changé. Il aurait compris qu’une distance s’était créée entre moi et Taekwoon. Mais on était bien trop effrayé et têtu tous les deux pour faire le premier pas. Je voyais Ken s’arrachait les cheveux à force d’être désespéré par nos agissements. Je ne fus pas surpris de le voir apparaitre dans ma chambre ce soir-là. Taekwoon avait déserté l’appartement.



    - S’il te plait, fais quelque chose. Je n’en peux plus de cette situation.
    - Il ne m’adresse pas la parole.
    - Hyung, tu le sais aussi bien que moi que tu es la première personne qui a commencé ça.
    - …
    - Hakyeon…enfin N-hyung, il faut que tu aille lui parler toi, tu sais qu’il ne viendra pas. Tu ne le sais pas mais le jour où tu l’a laissé dans la salle de danse. Quand je l’ai retrouvé, il était par terre, noyé dans ses larmes. Il s’était tenu fort pour toi, mais il était encore fatigué. Il venait à peine de se réveiller. Mais il voulait te retrouver, lui et personne d’autre n’en avait le droit. Il a eu du mal à te dire ses sentiments n’est-ce-pas ? Tu sais qu’il ne fera jamais le premier pas. J’ai déjà essayé de lui dire de le faire, mais il m’a dit que tu lui avais presqu’ordonné de ne pas t’approcher.
    - Eh bien je lui ai en quelque sorte dit que s’il ne voulait pas mettre de la distance entre nous, et bien je demanderais à quitter le groupe.
    - Non mais ce n’est pas vrai, qui m’a foutu un imbécile pareil. Je te jure, Hakyeon si tu ne te bouges pas, c’est moi qui te jette dehors.
    - C’est bon j’ai compris. Je me levais et me dirigeais vers la porte de la chambre. Et ne crois surtout pas t’en sortir comme ça. Tu m’as manqué de respect deux fois-là.
    - Mais c’est parce que je t’aime et que je ne veux que ton bien.


Je partis finalement, mais c’était bête parce qu’arrivé en bas, je me demandais où je pourrais le retrouver. Je savais les lieux qu’il fréquentait la plupart du temps, mais je ne pensais pas qu’il irait là-bas. Et puis, une idée me traversa l’esprit. Et s’il était là-bas, seul, endroit que j’avais partagé avec lui. Tournant des pieds, je savais parfaitement où je devais me rendre.

(POV LEO)

Deux semaines que je faisais ce qu’il m’avait dit de faire. Je le regardais de loin et gardait ma tristesse pour moi. Je n’aurais jamais cru que je me sentirais aussi mal. Alors c’est cela qu’avait dû vivre Hakyeon en se rendant compte de ses sentiments ? Je comprenais mieux sa réaction, et pour le coup, je ne lui en voulais plus du tout. Mais l’envie d’aller le voir et de le prendre dans mes bras se faisait de plus en plus forte. Je ne pouvais cependant pas y succomber. Si je le faisais, je le perdrais à jamais. Et je préférais le garder près de moi, même s’il était loin de moi. Enfin, je me comprenais parfaitement.

Aujourd’hui, on revenait d’un fan meeting, on nous avait mis assis à côté. Je faisais comme-ci tout était normal. Mais je n’avais pas pu m’empêcher de trouver la moindre excuse pour frôler sa main. J’aurais presque remercié les fans qui voulaient qu’on prenne une photo ensemble. Enfin, l’amour me rendait un peu trop guimauve. Ou plutôt la tristesse de ne pas pouvoir être auprès de lui. Mon meilleur ami, mon confident pour finalement devenir celui que j’aime. Je me le dis le plus souvent possible, qui sait à force je trouverais cela tellement insensé que j’oublierais. Du moins, c’est ce que je me disais, mais ça ne marchait pas tellement. Lorsqu’on rentra à l’appartement, je croisai Hakyeon, notre regard s’ancra pendant quelques secondes. Secondes bien trop court, il avait baissé la tête et s’était ensuite éloigné. Je n’en pouvais plus, alors,  je remis ma veste et suis sorti de la maison. Je ne savais pas vraiment où me rendre. Un Leo déprimé, n’était vraiment pas un Leo normal. Enfin, je me rendis dans ce parc qu’il chérissait tant, et pris place sur son banc. L’air était frais, il n’y avait personne aux alentours et je pus fermais les yeux. Fermer les yeux pour mieux profiter des environs. Le bruit des branches d’arbres qui s’entrechoquent, le chant des quelques oiseaux présents. Le vent qui soufflait dans mes cheveux. Tout avait le don de me calmer. Je ne savais même pas depuis combien de temps, j’étais resté là, les yeux fermés. Mais une présence à mes côtés, me les fit rouvrir. Je n’osais tourner la tête. Je ne voulais pas savoir qui était à côté de moi, même si cette main proche de la mienne, me disait quelque chose.



    - Mon intuition me disait que je te trouverais là, je suis content de ne pas m’être trompé. Je ne répondais rien, gardant le silence. C’est quand même étrange n’est-ce-pas ? Il y a quelques semaines avant, c’était moi qui étais ici. Moi qui avais la tête que tu fais à l’instant. Je suis tellement désolé, finit-il en tournant la tête vers moi, je n’avais même pas remarqué que je le regardais.
    - Désole de quoi ? Il me semble que tu n’as rien fait de mal.
    - Si, je t’ai forcé à t’éloigner de moi. J’ai fermé les yeux, et j’ai ignoré la sincérité qui émanait de toi. Je voulais te faire souffrir Taekwoon, mais je me faisais aussi souffrir. Et puis j’étais mort de peur alors je n’ai rien trouvé de mieux à faire.
    - Tu ne dois pas t’excuser pour cela. J’avais tourné ma tête, et regardait le paysage. J’aurais dû me rendre compte de ce que je ressentais bien plus tôt, et je n’aurais jamais dû rejeter aussi violemment ce que je ressentais pour toi. Moi aussi, j’essayai de fermer les yeux. Moi aussi, je ne voulais pas voir la vérité en face, parce que comme toi je devais avoir peur. Mais de quoi, je ne sais pas trop. Même Jaehwan ne trouvait pas, il m’a répété tellement de fois à quel point je suis bête, que je commence à le croire.
    - On a tous les deux était de vrai imbécile.


J’entendis son rire pour la première fois depuis un moment. Et je ne pus empêcher mes lèvres de se retrousser pour laisser aussi apparaitre un léger sourire. Je me sentais mieux, je me sentais plus léger avec lui à  mes côtés. Et je savais que pour lui c’était la même chose, je le ressentais. Je sentis sa main glisser dans la mienne comme-ci de rien n’était. Il me caressait le dos de la main de son pouce, c’était apaisant. Je resserrais la prise sur ses doigts. On restait là, sans vraiment se parler, je ne savais pas vraiment ce que je devais comprendre de cela. Enfin, je le vis se lever, et se mettre accroupi devant moi. J’avais la tête baissé depuis qu’il m’avait pris la main. Il me prit alors le menton pour que mes yeux s’encrent dans les siens.



    - Je suis tellement désolé. Désolé de m’être comporté comme un idiot. Désolé de t’avoir caché la vérité pendant aussi longtemps et de t’avoir rendu malade d’inquiétude. Je suis désolé que tu ais dû prendre soin de moi pour me remettre sur le droit chemin. Désolé de t’avoir fait tomber malade tout court à cause de ma maladresse. Je suis désolé de t’avoir brisé le cœur en rejetant tes sentiments. Mais plus que tout … je … Je t’aime Jung Taekwoon.


J’étais surpris de son geste. Et pendant toute sa tirade, je me demandais où il voulait en venir. Mon cœur se gonflait de joie à la fin de sa phrase. Je baissais alors la tête, tout comme dans la salle de main ce fameux jour où j’ai pris l’eau. Il ne restait plus que quelques centimètres entre nous deux. Et on était tous les deux conscients de ce que l’on faisait. Je comblais alors l’espace qui restait et posa mes lèvres sur les siennes. C’était doux, léger, un simple premier baiser. Je reculais alors et le regardais dans les yeux. La flamme de joie de vivre y était de nouveau présente. Son sourire était encore plus grand qu’avant et j’étais le plus heureux des hommes.


    - Moi aussi, je t’aime.


Je ne pensais pas qu’un sourire pouvait être aussi grand que ça, mais une chose était sûr, il était très communicatif. Au final, c’est dans ce parc que tout avait commencé, dans ce parc qu’il venait déverser sa peine et vider son cœur. C’est dans ce parc que je l’ai retrouvé et que je commençais à prendre conscience de mes sentiments pour lui. Et c’est ici, qu’on s’est enfin retrouvé et que j’ai pu retrouver le Hakyeon que je connaissais et que j’aimais. Enfin, le sourire que j’avais sur le visage disparut bien vite, mais la lueur dans mes yeux ne tromperait personne et surtout pas celui qui se tenait toujours devant moi.



    - Bon ce n’est pas que ça me dérange d’être à la même hauteur que toi, mais je commence à avoir mal aux jambes moi.



L’avenir est incertain. Elle se façonne et il faut la vouloir. Les larmes et les rires du passé fécondent notre avenir. Et tout comme l’amour, l’avenir n’est interdit à personne.


Mon avenir à moi, ne pouvait être autrement qu’avec lui. On était ami, meilleur ami, confident. On se connaissait mieux que quiconque. Et maintenant, il est ce que j’ai de plus précieux au monde tout comme je le suis pour lui. Car de cette amitié est né un amour capable de tout supporter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

♦ Avatar : Yoo Jae Suk
Messages : 103
Maire

MessageSujet: Re: LE PARC (16/16)   Ven 6 Déc - 21:19

Alors que dire... Déjà j'ai adoré ta fic du début à la fin ! Tu m'as ressentir beaucoup d'émotions en la lisant *se rappelle les moments où elle hurlait seule devant son pc* merci à toi de l'avoir partagée et de l'avoir continuée jusqu'au bout. La fin était parfaite, tu as bien fait d'ajouter un chapitre. C'était pas trop vite expédier ni trop en longueur, juste ce qu'il fallait je pouvais pas demander mieux perso ^^
Le pairing que tu as pris correspondait juste trop bien. Encore merci ma petite Shin <3

EDIT : excuse moi je savais pas que j'étais connectée sur le Maire ^^' mais bon je crois que tu sais qui c'est
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodyempire.forumactif.org
Admin
avatar

♦ Avatar : Jung Dae Hyun
Messages : 351
Choi Eun Gyeol

MessageSujet: Re: LE PARC (16/16)   Sam 7 Déc - 5:49

OH MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII oui je crois savoir qui sait, parce qu'au fond je crois que y'a que toi que m'appelle ma petite Shin.
Ça a été un plaisir de l'écrire cette histoire. Et surtout merci à toi, je pense que je n'aurais jamais eu le courage de le terminer dans le cas où tu ne m'avais pas demandé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LE PARC (16/16)   

Revenir en haut Aller en bas
 

LE PARC (16/16)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» Construction du Parc Quisqueya, version caribéenne de World Disney en Haïti
» Après le parc Borely { Chris
» Petit parc Londonien [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY EMPIRE :: Hors RPG :: Création :: Ecrits-